Samedi 14 Janvier 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Culture
Chronique du jour
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : ÉVÈNEMENTS DE LA CITÉ UNIVERSITAIRE BOUDOUAOU-EL-BAHRI
Les étudiants poursuivent leur protestation


Pour la seconde journée consécutive, les résidents de la cité universitaire de Boudouaou-El-Bahri (centre de la wilaya de Boumerdès) ont poursuivi, jeudi dernier, leur protestation en fermant plusieurs facultés de l’Université M’hamed-Bouguerra de Boumerdès.
Par cette action, les étudiants dénoncent la violence dont ils ont été victimes, dans la nuit du mardi, de la part d’une centaine de voyous. Ces derniers seraient entrés à la résidence de Boudouaou-El-Bahri à la faveur de la passivité des agents de sécurité, estime le maire de cette localité, Kaci Louriachi. A l’entrée du campus sud de l’Université M’hamed-Bouguerra, des milliers d’étudiants ont été empêchés de rejoindre, jeudi dernier, la faculté. Les camarades qui leur barraient la route ont gros sur le cœur et sont encore sous le choc de ce qui s’est passé durant cette nuit du mardi. «Nous voulons changer de cité. Il y a des pavillons vides à l’INH, qu’on nous transfère vers cette cité. Des étudiants sont déjà repartis chez eux et risquent de ne plus revenir. D’autres ont été gravement blessés. Nos camarades ont été souvent agressés par des voyous qui sortent des chalets voisins à la résidence», disaient en chœur les protestataires. Ces derniers rejettent d’avance la proposition d’améliorer la sécurité. «Nous sommes des étudiants, nous ne voulons pas devenir des prisonniers cachés derrière les clôtures en barbelés. Le choix du site est inadéquat et ce n’est pas à nous de subir les conséquences devenues maintenant dramatiques.» Sur ces événements qui, rappelons- le, ont causé des blessures graves à nombre d’étudiants, le maire de Boudouaou-El-Bahri a son idée sur les meneurs : «J’ai fait mon enquête. Je peux d’ores et déjà vous dire que les agresseurs, des délinquants et des drogués, généralement employés par les pilleurs de sable qui imposent leur diktat dans notre commune, sont entrés à la cité grâce à la complicité des agents de la société de gardiennage dont certains habitent les chalets mitoyens à la cité.» S’agissant du pourquoi de cette agression, Louriachi est catégorique : «C’est une occasion pour les pilleurs de sable et leurs complices, les corrompus de la commune, d’instaurer un climat de terreur pour avoir le champ plus libre aux fins de piller davantage nos plages», dira-t-il amèrement.
Tentative d’agression à la cité de Zemmouri
Par ailleurs, des étudiants hébergés dans la cité résidentielle de Zemmouri nous ont fait part de la tentative d’agression dans la nuit du mercredi de la part de quelques jeunes. «Dans la soirée du mercredi, pour la fête de Yennayer, nous avons installé des baffles de la sono à l’extérieur du foyer mais dans la cour de notre cité pour diffuser de la musique. Trois jeunes sont entrés pour tenter de casser ces baffles. Ils se sont accrochés avec des camarades. Ces jeunes sont repartis pour revenir avec des renforts en vue de nous agresser. Fort heureusement, les agents de sécurité de la cité sont intervenus pour les calmer. Ils ont tout de même lancé des pierres et des bouteilles contre nous», raconte un témoin. Nos vis-à-vis précisent que c’est les mêmes jeunes qui veillent toutes les nuits en consommant de l’alcool qui ont tenté de mener une expédition punitive contre les jeunes de la cité universitaire.
Abachi L.

Nombre de lectures : 507

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site