Actualités : Le MDN annonce avoir régularisé la situation de milliers de personnes
Que reste-t-il du service national ?


La régularisation de leur situation vis-à-vis du service national va bon train pour les citoyens âgés de 30 ans et plus au 31 décembre 2014. Ils sont plus de 235 000 à avoir bénéficié de cette régularisation, parmi eux plus de 3 000 Algériens résidant en dehors du pays. C’est ce qu’a annoncé le ministère de la Défense nationale, lundi.
Dans le même communiqué, il est également dit que dans le cadre de la même disposition, accordée à des milliers de jeunes Algériens ayant eu maille à partir avec l’institution militaire, plusieurs milliers de retardataires des classes jusqu’à 2013 ont eux aussi bénéficié d’une régularisation. Ils étaient, jusqu’au 31 décembre dernier, plus de 657 000 à ne pas avoir rejoint leur classe mais ont désormais régularisé leur situation.
Des statistiques qui, évidemment, laissent interrogateur de prime abord sur, finalement, l’institution même du service national. Bien sûr, il est un aspect qui, directement, impacte sur ce qui était imposé il y a quelques années encore comme un incontournable «devoir national» pour des millions de jeunes Algériens. Aujourd’hui, avec l’option prise, après plusieurs années de réflexion, de professionnaliser l’ANP, il fallait s’attendre à ce que cette même ANP se passe des services de serviteurs extérieurs au titre du service national. Cette même professionnalisation qui, d’une part, a induit des investissements monstrueux sur le plan du renouvellement technologique de l’ANP et la formation des hommes, et d’un autre côté, réduire le coût de la prise en charge des appelés du service national, surtout en temps aussi difficiles qu’ils le sont depuis deux ou trois ans. Mais cela ne s’est pas fait sans quelques entorses aux «historiques» missions dévolues au service national, à commencer par la participation active à ce que l’on appelait à l’époque «l’édification nationale» qui voyait les milliers d’appelés former le gros des contingents engagés dans la réalisation d’œuvres telles la Transsaharienne, le Barrage vert et bien d’autres acquis encore.
C’est une autre époque que l’ANP est en train de vivre donc, mais pas moins chargée en défis, comme on pourrait le clamer dans les discours propres à l’état-major de l’ANP. La poursuite du programme de professionnalisation de l’institution, l’engagement dans des projets industriels d’envergure et les missions premières de l’armée, la défense de l’intégrité du territoire national, tout cela fait qu’aujourd’hui, le service national n’a plus, dans une large mesure, la signification ou l’aura qu’il avait jusqu’au début des années 2 000. Et à l’allure et la nature prises par le développement de l’ANP et de la situation socio-économique du pays, il est tout à s’attendre que se poursuive le mouvement des régularisations de la situation des jeunes Algériens vis-à-vis de ce qui subsiste du service national.
M. Azedine



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2017/01/11/article.php?sid=207603&cid=2