Samedi 12 aout 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
  Culture  
  Soirmagazine  
  Faits divers  
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : MPA
La polémique enfle entre direction et démissionnaires


La guéguerre entre la direction nationale du MPA et son désormais ex-coordinateur au niveau de la capitale et maire d’Alger-centre est loin de s’estomper.

Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - Bien au contraire, après une légère accalmie entre les deux parties, voilà que Abdelhakim Bettache reprend les hostilités, annonçant un regroupement national de tous les cadres et militants ayant claqué la porte du parti ces derniers temps. Ceci non sans porter de nouvelles accusations tout aussi gravissimes que celles qu’il a eu déjà à porter contre le président du MPA, Amara Benyounès.
Nouvelles attaques face auxquelles la direction nationale du MPA a aussitôt réagi accusant Bettache de «menteur».
Dans un entretien accordé avant-hier jeudi au journal électronique TSA, le maire d’Alger-centre a parlé d’une rencontre nationale des démissionnaires du MPA, dont, a-t-il dit, une quarantaine de membres du conseil.
Ceci même s’il dément l’existence d’un quelconque mouvement de redressement au sein du parti, lui qui a avoué être tenté de rejoindre TAJ qui a pris attache avec lui tout comme d’autres partis. S’agira-t-il lors de ce conclave d’une résolution collective des démissionnaires à rejoindre le parti que préside Ammar Ghoul ou un autre parti? Bettache n’en a pas dit un mot, préférant porter davantage d’accusations graves à l’encontre du président du MPA.
Et de citer le fait que le conseil national du parti ne s’est pas réuni depuis décembre dernier alors qu’il devrait y avoir deux selon les textes. Une instance, a-t-il ajouté, dont la liste des membres issus du congrès a été modifiée après, avec remplacement des noms de certaines personnes par d’autres. Ce que l’ex-fédéral d’Alger du MPA qualifie de «manœuvres diaboliques que Amara Benyounès utilise à chaque fois», et qui ne s’arrête pas à ces griefs. Il a évoqué, dans ce cadre, le bilan financier du parti dont il soutient «n’avoir jamais entendu parler et encore moins vu depuis 2012 jusqu’à ma démission», ou encore l’imposition par Benyounès de son frère comme tête de liste à Alger lors des élections législatives du 4 mai dernier et sa colistière, Mme Khiar Djamila». Et à Bettache de porter l’estocade à Benyounès en l’accusant de «quelqu’un qui se nourrit de mensonges» et que les Algérois vomissent
Un chapelet d’accusations face auquelles la direction nationale du MPA n’a pas tardé à répliquer de par leur gravité.
Dans une mise au point, le MPA accuse Bettache de s’adonner à «des contre-vérités et désinformations, dignes d’un aigri et looser envers le Mouvement populaire algérien». Et la direction nationale du parti que préside Amara Benyounès a saisi au vol l’intention du maire d’Alger-centre de rejoindre TAJ, lui rappelant sa «transhumance partisane», lui qui «éjecté du FFS, puis du RND et un retrait de confiance des militants (es) du MPA d’Alger ; il annonce qu’il rejoint le TAJ». Et de l’accuser d’être en «plein mercato, même si le grand écart qu’il a effectué relève du sport des girouettes».
Répondant point par point, le MPA assure que la comptabilité du parti est «visée par un commissaire aux comptes agréé», rappelant à Bettache le fait qu’en tant que porte-parole lors du dernier congrès, il a «assisté tout comme les 1 200 congressistes à la présentation et l’adoption du rapport financier du parti» et que la commission des finances existe bel et bien».
Quant à l’élaboration de la liste du parti dans la capitale aux dernières législatives, le MPA rappelle à Bettache que c’est lui qui a «installé la commission de wilaya des élections et il siégeait en personne à la commission nationale», démentant, au passage, que Amara Benyounès ait brigué un poste de ministre lors de la constitution du gouvernement que coordonne Abdelmadjid Tebboune.
Et la direction nationale du MPA de porter l’estocade à son ex-fédéral au niveau de la capitale en l’accusant «d’adepte des débats de caniveaux auxquels il peut s’adonner à loisir… sans nous».
M. K.

Nombre de lectures : 1201

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site