Jeudi 7 décembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Et le prestige alors ? (1)


Par Malika Boussouf
malikaboussouf@yahoo.fr
Tout le monde analyse. Tout le monde commente. Tout le monde donne son avis. Non pas qu’il soit inconcevable que les gens puissent dire ce qu’ils pensent des choses qui font la vie, mais de là à s’improviser expert en tout, politologue émérite et surtout défenseur invétéré du pays et du mérite qu’il y a à le conduire de la façon dont on le fait, il y a des limites allègrement franchies qui font perdre toute crédibilité aux gens dont c’est le métier de décrypter l’actualité dans le bon ou le mauvais sens.
Dans les taxis plus qu’ailleurs, les échanges entre les gens qui s’y rencontrent sont une occasion rêvée de débattre de ce qui se passe chez nous et aussi de se familiariser avec ce qui court dans la tête de ceux qui rêvent de rouler en Mercedes, mais qui, parce qu’ils n’en n’ont pas les moyens, se trouvent d’autres sujets d’intérêt. Comme le fait de trouver anormal qu’une femme exerce le métier d’agent de la circulation ou indécent qu’une autre mange un sandwich en marchant. Ce sont des exemples que j’ai pris comme ça. Juste parce que je trouve stupide que nous en soyons encore là.
A laisser entendre que seuls les hommes sont autorisés à mâcher publiquement. Mais là n’est pas l’objet de ce billet. Il y a quelques jours, tandis que je rentrais chez moi, en taxi, sous une pluie battante, le chauffeur, un jeune tout à fait décontracté et fort sympathique, m’a, sur un ton docte, demandé si j’étais au courant de la dernière.
Comme je me taisais, il s’est empressé de m’informer que le président français avait la ferme intention de rentrer en Algérie par Sidi Fredj, comme ses ancêtres l’avaient fait avant lui ! Comme je répondais que c’était une plaisanterie, il m’a regardé en pensant sans doute au fond de lui qu’une femme ne pouvait pas comprendre ces choses-là. Mais il a quand même pris sur lui de m’expliquer la dépendance dans laquelle se trouvait le pays.
J’avoue avoir trouvé très intéressants les moyens pédagogiques qu’il a utilisés pour me dire les bobos quotidiens dont on se doute très peu de l’impact qu’ils ont sur tous nos équilibres. Après, il m’a parlé de prestige. C’est là que les esprits se sont échauffés.
M. B. 

Nombre de lectures : 3038

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site