Voir Tous
Rubrique
Actualités

LE PROBLÈME RÉSIDERAIT DANS L’ENCADREMENT, SELON LE MINISTRE Ce qui freine l’usage de l’anglais à l’université

Publié par Ilhem Tir
le 07.04.2021 , 11h00
1120 lectures
©PPAgency

Le projet de la généralisation de l’utilisation de la langue anglaise dans les universités algériennes n’a pas été annulé mais reporté seulement en raison du problème d’encadrement, selon les déclarations du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, en visite hier à Constantine.
En septembre 2019, deux comités spécialisés dans le renforcement de l’usage de la langue anglaise ont été installés au niveau du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, tous cycles confondus, pour examiner les potentialités offertes en vue de faire aboutir ce processus et mettre au point une stratégie applicable sur le terrain. Il en ressort la faiblesse de l’encadrement dans cette matière car sur 62 000 professeurs exerçant actuellement, seulement 1 000 d’entre eux maîtrisent la langue, ce qui nécessite la formation d'un grand nombre de professeurs à l'intérieur et à l'étranger.
M. Abdelbaki Benziane, qui était hier à Constantine, a également évoqué, lors d’une rencontre avec des professeurs et des administrateurs à l'Université de Constantine 1, le problème du logement afin de trouver une solution de logement sous d’autres formes, d'autant plus que la situation financière du pays ne permet pas la réalisation de tous les programmes préalablement inscrits.
Lors de cette réunion, le ministre a écouté les représentants des étudiants qui avaient abordé de nombreux problèmes, tels que l’insécurité au niveau des résidences universitaires et l’adaptation des cours à distance en s’attendant à un taux d’échec important cette année. Face à cette situation, le ministre a promis d’étudier les déséquilibres enregistrés pour remettre sur les rails le processus.
Abordant la question du système LMD, le ministre de l’Enseignement supérieur, qui a refusé de qualifier « d'échec » ce système mondial utilisé dans de nombreux pays, a précisé qu’il (le LMD) ne peut pas être jugé actuellement en Algérie car seulement 30% de programme a été appliqué ». Par ailleurs, il est à préciser que le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a procédé, hier, à l’inauguration de l’unité de recherche en chimie d’environnement à l’Université des frères Mentouri Constantine 1, ainsi que du centre de recherche en sciences pharmaceutiques à l’UV 05 à la nouvelle ville Ali-Mendjeli.
Placé sous la tutelle du ministre chargé de la Recherche scientifique, ce nouveau centre est chargé de réaliser, en étroite collaboration avec les institutions et structures relevant de ce secteur, des programmes de recherche scientifique et de développement technologique dans le domaine des sciences pharmaceutiques.
Il s'agit notamment de la promotion de la recherche en matière de principe actif du médicament, la maîtrise de l'efficacité pharmaceutique établie à partir de connaissances fondamentales, la modélisation de l'exposition aux médicaments et ses déterminants, le développement de la pharmacologie, notamment en matière de pathologies chroniques, le développement des bio-médicaments, la promotion de la recherche en matière de lutte antidopage, et de la contribution, dans son domaine de compétence, à la sécurité sanitaire.
Ilhem Tir

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 11-04-2021

Algérie-France
Les dessous d’un report provoqué

C’était contre toute attente que le Premier ministre français, Jean Castex, annonçait, jeudi dans la soirée, « le report » de la visite qu’il devait effectuer aujourd’hui, dimanche, à Alger. Un « report » d’autant plus surprenant qu’il s’agit

2

Pousse avec eux 11:00 | 10-04-2021

DRS ou machi CIA !

Wallah que des fois, nous nous compliquons la vie avec des débats tortueux et surtout qui provoquent