Voir Tous
Rubrique
Actualités

Clôture de la session parlementaire Ce sera le 26 juillet prochain

Publié par Karim Aimeur
le 19.07.2021 , 11h00
503 lectures
Les nouveaux 407 députés issus des élections législatives du 12 juin dernier prendront leurs vacances le 26 du mois de juillet courant, soit une quinzaine de jours après leur installation.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - La cérémonie de clôture de la session annuelle du Parlement interviendra le 26 du mois courant. C’est ce qu’a indiqué le Conseil de la Nation dans un communiqué rendu public, hier, en milieu d’après-midi.
La Chambre haute du Parlement s’appuie dans sa décision sur l’article 138 de la Constitution et l’article 5 de la loi organique 12-16 régissant le fonctionnement des deux chambres parlementaires et leurs relations avec le gouvernement, mais également après coordination entre les bureaux des deux chambres et concertation avec le Premier ministre.
Par ailleurs, l’installation des 12 commissions permanentes de l’Assemblée nationale interviendra la veille, soit dimanche prochain. Des commissions permanentes qui ont été réparties par le bureau de l’APN sur les six partis ayant des groupes parlementaires, à savoir le FLN, le RND, El Moustakbal, El Binaa, le MSP et les indépendants, en fonction du nombre de députés de chacun. Ainsi, trois commissions ont été attribuées au parti FLN qui avait remporté 98 sièges.
Avec 85 sièges de députés, le groupe des indépendants hérite, lui aussi, de trois commissions au même titre que les indépendants qui ont, également, hérité de trois commissions. Deux commissions ont été attribuées pour le RND, deux pour le MSP, une pour le Mouvement El Binaa et la dernière pour le Front El Moustakbal. Mais jusqu’à présent, aucun parti ne connaît l’identité des commissions qui lui sont accordées.
Pour leur importance, certaines de ces instances qualifiées de stratégiques sont convoitées plus que d’autres. Cette fois-ci, le FLN et le RND, qui avaient le monopole par le passé, sont bousculés par le groupe des indépendants qui postule aux commissions de souveraineté.
Après avoir perdu le poste de président de l’APN, au profit des indépendants justement, le FLN risque de perdre la commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration qu’il préside depuis plusieurs années.
Cette commission est compétente pour les questions relatives aux affaires étrangères, aux accords et conventions, à la coopération internationale et aux affaires des émigrés.
Le vieux parti qui a vu sa place au gouvernement réduite risque aussi de ne pas avoir la deuxième commission stratégique, à savoir la commission des affaires juridiques et administratives et des libertés. Plus que toutes les autres instances, cette commission suscite l’intérêt de tous les groupes parlementaires en raison de ses compétences et domaines d’intervention.
Elle intervient sur les questions relatives à la révision constitutionnelle, à l'organisation et au fonctionnement des pouvoirs publics, aux libertés et aux droits de l'Homme, au régime électoral, au statut de la magistrature et à l'organisation judiciaire, au droit pénal et à la procédure pénale, au droit civil et à la procédure civile, à l'organisation administrative et territoriale.
La troisième commission la plus convoitée est celle des finances et du budget dont la compétence est liée aux questions relatives au budget, à la loi organique relative aux lois de finances, au régime fiscal et douanier, à la monnaie, au crédit, aux banques, aux assurances et aux sûretés.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 22-07-2021

LE MAKHZEN UTILISE PEGASUS CONTRE SES ALLIÉS ET SES ENNEMIS
Maroc, la grande kechfa !

Le Maroc est accusé avec d’autres États d’avoir utilisé Pegasus, un logiciel développé par une entreprise israélienne, pour espionner les smartphones de nombreuses personnalités à travers le monde. Les services de renseignement

2

Actualités 11:00 | 24-07-2021

VALSE-HÉSITATION ET TÂTONNEMENTS EN SÉRIE
Qui dirige le Maroc ?

Depuis quelque temps, le Maroc déroute les observateurs par sa politique tâtonnante et parfois franchement aventureuse. Pour une monarchie qui a toujours fonctionné dans l'ordre et la discipline hérités d'une