Actualités / Actualités

Algériens bloqués en France et en Turquie

La fin du cauchemar ?

C’est enfin l’heureux épilogue pour de nombreux citoyens algériens bloqués en France et en Turquie, pour certains d’entre eux dans des conditions déplorables.
Le ministère des Affaires étrangères a instruit les ambassades d’Algérie à Paris et à Ankara, ainsi que le consulat général d’Istanbul de délivrer des autorisations de rentrer au pays «à titre exceptionnel» à des personnes bloquées en France et en Turquie, donc.
Autorisation exceptionnelle, comme le précise l’instruction du ministre des AE, puisque les frontières algériennes demeurent toujours fermées. Sont concernés par ce laissez-passer, nos concitoyens coincés dans ces deux pays ayant des billets des compagnies aériennes étrangères ayant programmé des vols de rapatriement vers l’Algérie, et ces candidats au retour doivent répondre à des critères bien précis. Il s’agit, en effet, des citoyens algériens chargés d’accompagner les dépouilles de leurs proches parents, mais ces accompagnateurs ne peuvent être plus de quatre.
L’autre catégorie d’Algériens autorisée à refouler le sol du pays doit justifier d’une autorisation de sortie et de retour délivrée par les services du Premier ministre et/ou du ministère de l’Intérieur pour des raisons médicales et ayant achevé leur période de traitement.
Autorisation de rentrer au pays restreinte qui exclut de nombreux citoyens en attente à l’étranger, à l’instar de ceux bloqués en escale dans un terminal de l’aéroport parisien de Roissy depuis près d’une quarantaine de jours après avoir embarqué à Londres au moment même où les autorités du pays décidaient de la fermeture des frontières.
M. Azedine