Rubrique
Actualités

CONFÉRENCE NATIONALE INCLUSIVE Louh dévoile les grands axes

Publié par Mohamed Kebci
le 12.02.2019 , 11h00
1191 lectures

On en sait un peu plus sur la conférence nationale que le Président-candidat à l’élection présidentielle du 18 avril prochain promet de tenir.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Le ministre de la Justice, garde des Sceaux a été on ne peu plus explicite quant au contenu de la conférence nationale inclusive que le Président-candidat à sa propre succession a promise dans sa déclaration de candidature signifiée dans son message au peuple algérien, avant-hier dimanche.
Tayeb Louh a, en effet, déclaré hier, au forum de la Chaîne 1 de la Radio nationale, que ce conclave vient en «réponse à une doléance pressante aussi bien de l’opposition que de l’allégeance». Pour les besoins de la matérialisation de ses recommandations, qui seront soumises au président de la République, si Abdelaziz Bouteflika est bien entendu reconduit, de recourir à bien de «réformes profondes de lois dont la toute première, soit la Constitution». A l’exception, a précisé le ministre, des «constantes nationales que le peuple algérien a tranchées». «On ne peut en aucun cas les réviser de nouveau car ayant fait l’objet d’un consensus national de tous les Algériens.
A part cela, tout est sujet au débat», a affirmé Louh pour qui il y a «possibilité d’enrichir la mère des lois pour approfondir les réformes engagées dans divers secteurs depuis des années et que personne ne peut nier».
Pour le ministre de la Justice et garde des Sceaux, il s’agira, lors de cette conférence nationale, de traiter des «impératives réformes politiques, économiques, de gouvernance, de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire». Autant de sujets et de thèmes évoqués dans la déclaration de candidature de Abdelaziz Bouteflika. Et de ne pas exclure «davantage de prérogatives de contrôle du pouvoir législatif sur le pouvoir exécutif», autant de mesures qui sentent les concessions à l’opposition.
Autres réformes «profondes», selon le ministre de la Justice, garde des Sceaux, celle d’abord du système fiscal en Algérie pour, a-t-il expliqué, «réaliser la justice et l'équité sociales entre les Algériens et les Algériennes». Puis, a ajouté Louh, la réforme du «système bancaire pour, selon lui, «booster le développement économique et construire une économie génératrice de richesses et d'emploi dans la transparence totale». Une économie qui ne saurait être gérée administrativement, recommandant de ne s’y référer qu’aux facteurs strictement «économiques». Concernant la candidature du président de la République, Louh a soutenu qu’elle vient «en réponse aux sollicitations et aux supplications des citoyens pour la poursuite de son parcours que l’on a enregistrées depuis des mois lors de nos visites d’inspection dans les wilayas».
M. K.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 14-09-2019

À la veille de la convocation du corps électoral
Gaïd Salah durcit le ton

L’armée fait de la tenue et de la réussite de l’élection présidentielle, avant la fin de l’année, une urgence, une priorité nationale absolue pour

2

Soit dit en passant 11:00 | 14-09-2019

Chut ! l’APN est en mission

N’ayons pas de gêne à le dire ! Nos députés sont cette autre preuve que rien ne va très fort en