Rubrique
Actualités

Il déposera son dossier d’agrément aujourd’hui Naissance d’un nouveau parti nationaliste

Publié par Kamel Amarni
le 16.01.2020 , 11h00
9891 lectures
«L’Alliance des forces nationales pour l’Algérie nouvelle ». C’est la dénomination choisie pour un nouveau parti politique par ses membres fondateurs qui comptent déposer un dossier exhaustif auprès des services du ministère de l’Intérieur dès aujourd’hui, jeudi. C’est ce que nous révèle le colonel à la retraite et analyste politique, Abdelhamid Larbi Chérif, chargé par ses pairs de coordonner cette opération.
Kamel Amarni- Alger (Le Soir) - « Il s’agit d’une initiative d’un certain nombre d’activistes du mouvement populaire, le Hirak, notamment issus du mouvement associatif parmi lequel on compte de nombreuses organisations estudiantines. De nombreux enseignants ou professeurs d’université aussi sont, entre autres franges, derrière cette initiative qui consiste à fédérer toutes les forces nationalistes autour de ce projet d’un parti politique .» C’est ainsi que notre interlocuteur situe l’origine de cette initiative.
Abdelhamid Larbi Chérif précisera, en outre, que les initiateurs en question sont issus de l’ensemble des régions du pays. « Nous sommes quasiment présents sur les quarante-huit wilayas et, au niveau de plusieurs d’entre elles, le mouvement est même structuré dans plusieurs communes .» Aussi, et cela va de soi, « nous sommes tout à fait prêts à tenir, immédiatement, nos assises, aussitôt obtenu le quitus nécessaire du ministère de l’Intérieur », affirmera, très sûr de lui, notre interlocuteur.
C’est dire, en tout cas, qu’il s’agit, là, d’un sérieux dossier, contrairement à ces dizaines d’initiatives fantaisistes qui inondent les services du département de l’intérieur, notamment depuis février 2019. « Notre mouvement se veut un lieu où confluent tous les courants nationalistes qui traversent la société et ils sont nombreux. Des courants qui, il faut bien le dire, ne se reconnaissent pas dans la classe politique, telle qu’elle existe jusque-là .»
Observateur politique avisé, le colonel à la retraite estime, en effet, que « deux événements importants ayant marqué le pays ces derniers mois ont démontré la désespérante désertification qui frappe la classe politique nationale : le mouvement populaire, le Hirak du 22 février et la présidentielle du 12 décembre. L’influence des partis sur ces deux événements est quasiment nulle. Deux événements qui ont dénudé ces partis sur leur vraie nature, celle de n’être que de simples comités de soutien, sans plus.
La crise a démontré qu’il n’y avait sur le terrain que le peuple, à savoir le Hirak, et l’Armée nationale populaire à faire face aux événements». Abdelhamid Larbi Chérif fait ici allusion aux partis de ce qui était l’Alliance présidentielle.
Pour lui, il y a largement de la place « pour un nouveau parti politique, d’essence nationaliste et bâti sur le socle des principes novembristes et qui sera en mesure de relever de nombreux défis qui interpellent le pays ». A commencer, enchaînera notre interlocuteur, par le vaste et si important chantier de la révision de la Constitution lancé par le Président Abdelmadjid Tebboune. « Lorsqu’il s’agira de la nouvelle Constitution, il ne faut surtout pas que cela soit l’affaire d’une simple commission administrative », expliquera-t-il, affirmant la détermination du nouveau mouvement à s’impliquer dans ce processus de réformes d’ensemble pour le pays.
De façon plus générale, Abdelhamid Larbi Chérif affirmera que l’une des priorités qui interpellent la communauté nationale est de mettre fin à ce qu’il appelle « la désertification politique qui frappe le pays » et la fragilisation de ses institutions, conséquences directes et visibles « de la gouvernance de ces sept dernières années ».
Ceci étant, le lancement d’une initiative de ce calibre est de nature à donner le coup de starter à une reconfiguration globale de la scène politique nationale, complètement submergée jusque-là par le soulèvement tsunamique du 22 février et l’ampleur des bouleversements politiques, sociaux, économiques et culturels y afférents.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles

2

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois