Voir Tous
Rubrique
Actualités

Justice Plusieurs procès de corruption programmés pour cette semaine

Publié par Karim Aimeur
le 15.01.2022 , 11h00
713 lectures

La grève des avocats a provoqué le report de plusieurs procès, dont celui de l'ancienne ministre de l'Industrie, Djamila Tamazirt, prévu jeudi au tribunal de Sidi-M'hamed, à Alger. D'autres procès de corruption impliquant de hauts responsables du régime Bouteflika sont prévus cette semaine au niveau du même tribunal.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Nouveau report du procès de l'ancienne ministre de l'Industrie, Djamila Tamazirt. Si le premier report était intervenu à la demande de l'accusée et de ses avocats, le deuxième report au 27 janvier a été annoncé ce jeudi par le juge du Pôle pénal spécialisé dans la lutte contre les crimes financiers et économiques relevant de cette juridiction, suite à l'absence de son collectif de défense qui a répondu à la grève des avocats.
Djamila Tamazirt est poursuivie avec d'autres anciens cadres de son secteur pour des chefs d'inculpation de corruption, dont abus de fonction et octroi d'indus privilèges. Après le report de cette affaire, le même pôle du même tribunal traitera plusieurs autres procès impliquant d'anciens Premiers ministres, d'anciens ministres, d'anciens hauts cadres de l'administration, et d'anciens membres de l'organisation patronale FCE.
Le premier doit s'ouvrir ce 17 janvier. Il s'agit du procès de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil, en fuite à l'étranger, de l'ancien P-dg du groupe Sonatrach, Mohamed Meziane et de son adjoint, Abdelhafidh Feghouli.
D'anciens cadres du groupe Sonatrach et plusieurs entreprises étrangères activant dans le secteur de l'énergie sont poursuivis dans cette affaire qui concerne la réalisation du complexe du gaz naturel d'Arzew (Oran).
Les accusés sont poursuivis pour octroi de privilèges injustifiés, abus de fonction et conclusion de marchés en violation de la législation et des lois. Le cas de Chakib Khelil est vraiment particulier. Ramené par Bouteflika, son passage à la tête du secteur de l’énergie a été scandaleux, avec l'implication de la «toute impuissante» justice qui a géré son dossier en fonction des rapports de force du moment. 
Le deuxième procès de cette semaine concerne l'homme d'affaires Amor Benamor, opérateur dans le secteur de l'agroalimentaire, en détention depuis plusieurs mois, dans lequel sont poursuivis également Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, anciens Premiers ministres. Il doit avoir lieu ce 19 janvier. Les accusés sont poursuivis pour dilapidation de deniers publics, blanchiment d'argent, obtention d'indus avantages et exploitation illégale de terres agricoles. Le même jour est programmé le procès de l'ancien wali de Médéa, Mustapha Layada, poursuivi pour attribution illégale de biens immobiliers.
Le lendemain, soit le 20 janvier, devra s'ouvrir le procès de l'ancien ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, Abdelwahid Temmar, et du promoteur Abdelmalek Sahraoui. Temmar est poursuivi notamment pour abus de fonction, dilapidation du foncier public, détournement de terres de leur vocation agricole et octroi d'indus avantages lorsqu'il était wali de Mostaganem. Cette affaire implique plusieurs autres hommes d'affaires.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 24-01-2022

Pour un partenariat université-entreprise argentin

Le partenariat université-entreprise est inscrit en caractères gras dans les missions de l’université depuis au moins l’avènement et la mise en œuvre du LMD (licence-master-doctorat). Le partenariat dont

2

Sports 11:00 | 25-01-2022

Ils se sont rencontrés dimanche à Paris
Amara-Belmadi, l’explication !

On en sait davantage sur les raisons qui ont poussé Djamel Belmadi à rallier directement Paris, vendredi soir, quelques minutes après avoir croisé le ministre de la Jeunesse et des Sports au