Voir Tous
Rubrique
Actualités

Grâce présidentielle Près de 14 000 détenus libérés

Publié par Abla Chérif
le 19.07.2021 , 11h00
1283 lectures
L’une des plus importantes grâces amnistiantes de l’histoire du pays a été décrétée, hier, par Abdelmadjid Tebboune à l’occasion de l’Aïd el-Adha. Elle concerne 11 896 détenus, un chiffre appelé à être revu à la hausse dans les tout prochains jours, avec les 2 000 autres détenus candidats au bac concernés pas cette grâce présidentielle.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les catégories de personnes concernées par cette nouvelle mesure sont définies dans un communiqué publié par le ministère de la Justice. Ces dernières sont divisées en plusieurs groupes.
D’abord celui des personnes détenues ou non détenues ayant été jugées définitivement et condamnées à une année de prison ou celles dont la peine restant à purger est de douze mois.
Le second groupe concerne tous les détenus ayant réussi leur examen, brevet, baccalauréat ou dans le cadre de stages. Selon la même source, les bénéficiaires de cette grâce doivent avoir été condamnés définitivement, et que le restant de leur peine est égal ou inférieur à vingt-quatre mois. Sont cependant exclus des mesures de grâce les personnes impliquées dans des crimes de sang, corruption, crimes économiques, les détenus condamnés pour trafic de drogue, kidnapping ou appartenance à des bandes de quartiers violentes. La liste des détenus ne pouvant bénéficier de la grâce amnistiante décrétée par le chef de l’État est encore longue.
En sont exclues les personnes condamnées pour « avoir tenu des propos racistes ou de haine, celles ayant pris part à des complots contre l’État, ses institutions, ses fonctionnaires et menaçant l’unité territoriale, les détenus ayant pris part à des rassemblements armés ou ayant pris part à des manifestations de ce genre et, enfin, toute personne s’étant rendue coupable d’atteinte ou agression au corps médical ».
Le nombre de graciés sera, cependant, très prochainement revu à la hausse, indique encore le communiqué de la présidence de la République. La catégorie concernée sera composée des candidats au baccalauréat (ils sont 2000) qui seront reçus, et dont les noms seront connus le 22 juillet prochain.
Une première série de libérations a eu lieu le 5 juillet dernier, à l'occasion de la célébration de la fête de l'Indépendance du pays, lorsque dix-huit personnes arrêtées et incarcérées durant les manifestations du Hirak ont bénéficié d'une grâce amnistiante. Une semaine plus tard, elle a été suivie d'une nouvelle décision forte. Abdelmadjid Tebboune a, en effet, ordonné de remettre en liberté une soixantaine de personnes emprisonnées depuis le 23 juin dernier pour fraude durant l'examen du baccalauréat. Des rumeurs annonçant une poursuite des mesures de grâce se sont vérifiées deux jours après, avec, cette fois, l'annonce de la remise en liberté de 101 détenus du Hirak.
Dans un communiqué, le ministre de la Justice faisait savoir que ces personnes réparties dans des prisons à travers une quinzaine de wilayas du pays avaient été incarcérées pour trouble à l'ordre public.
A. C.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 22-07-2021

LE MAKHZEN UTILISE PEGASUS CONTRE SES ALLIÉS ET SES ENNEMIS
Maroc, la grande kechfa !

Le Maroc est accusé avec d’autres États d’avoir utilisé Pegasus, un logiciel développé par une entreprise israélienne, pour espionner les smartphones de nombreuses personnalités à travers le monde. Les services de renseignement

2

Actualités 11:00 | 24-07-2021

VALSE-HÉSITATION ET TÂTONNEMENTS EN SÉRIE
Qui dirige le Maroc ?

Depuis quelque temps, le Maroc déroute les observateurs par sa politique tâtonnante et parfois franchement aventureuse. Pour une monarchie qui a toujours fonctionné dans l'ordre et la discipline hérités d'une