Voir Tous
Rubrique
Actualités

Il a été auditionné dans l’affaire Hamel et celle du cinquième mandat Sale temps pour Bedoui

Publié par Abla Chérif
le 21.05.2020 , 06h00
11836 lectures
Photo : Samir Sid

Noureddine Bedoui fait officiellement face à la justice. L’ancien Premier ministre a été auditionné à deux reprises au cours des jours précédents, apprend-on de sources qui font aussi savoir que de nouvelles auditions sont programmées tout prochainement.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Ce qu’il faut d’abord comprendre est que Noureddine Bedoui se trouvait sous le coup d’enquêtes des services de sécurité et judiciaires depuis de longues semaines déjà, l’information avait d’ailleurs fuité sans pour autant apporter de détails confirmés sur les raisons qui lui valaient ses déboires avec la justice et les enquêteurs qui travaillent depuis avril dernier sur les dossiers d’une bonne partie de la composante gouvernementale sous Abdelaziz Bouteflika. Depuis, la lumière s’est faite et l’on sait à présent que l’ancien Premier ministre a été écouté dans deux affaires différentes. La première concerne le dossier de Abdelghani Hamel dont le procès en appel a été officiellement programmé pour le 31 mai prochain, apprend-on aussi dans ce cadre. Il se trouve que ce dossier a été scindé en quatre parties et que, pour des raisons de compétence territoriale, chacune d’entre elles est traitée par un tribunal différent. L’affaire centrale a été traitée à Alger, au tribunal de Sidi-M’hamed, et les trois autres parties ont été réparties entre Blida, où il doit comparaître avec Noureddine Berrachdi, ancien DG de la Sûreté de la wilaya d’Alger, à Tipaza, où sa comparution se fera avec l’ancien wali d’Alger Abdelkader Zoukh, et enfin à Boumerdès où a été transmis le dossier de Noureddine Bedoui. C’est donc là qu’un juge d’instruction l’a écouté tout récemment sur un point précis. Le procès Hamel avait, en effet, fait ressortir l’existence d’une zone d’ombre relative à une directive adressée par les services de Bedoui, alors ministre de l’Intérieur à cette époque, pour l’annulation d’une décision de justice interdisant l’octroi d’un terrain de 14 000 mètres carrés aux fils Hamel.
Dans son témoignage, l’ancien wali de Tipaza, Moussa Ghellaï, avait lui aussi clairement évoqué cette instruction et des pressions diverses pour l’annulation de la décision d’annulation rendue par le tribunal administratif. Dans son réquisitoire, la défense s’était étonnée de l’absence de Noureddine Bedoui et avait exigé son audition. Ce qu’ il faut savoir est que ce dernier avait été écouté en qualité de témoin mais on ignore pour l’heure si cette procédure a conduit à son inculpation. Une certitude, à quelques jours d’intervalle, l’ancien ministre a fait de nouveau l’objet d’une convocation émanant de la justice, la Cour suprême cette fois où il a été de nouveau auditionné pour une très grosse affaire : celle des 5 millions de signatures collectées au profit de Abdelaziz Bouteflika lors de la campagne pour le cinquième mandat. Il s’agit d’un dossier à part sur lequel travaille la justice depuis un moment déjà. Il a fait aussi l’objet d’une grosse enquête des services de sécurité compétents en la matière.
Des sources proches du dossier expliquent que l’enquête a mis en relief l’existence d’un très grand nombre de fausses signatures et d’usurpation d’identité. Durant cette enquête, une grande partie des personnes approchées et dont le nom figurait dans les formulaires soutenant la candidature de Bouteflika ont affirmé n’avoir jamais signé ce document, d’autres ont déclaré avoir été contraintes à le faire alors que d’autres encore disent avoir été payées ou fait l’objet de promesses en échange de leur signature. Ce que l’on sait à ce stade, c’est que cette affaire est en début d’instruction. Pour les besoins de cette enquête, Bedoui sera à nouveau écouté sur le même sujet au niveau de la Cour suprême et d’autres anciennes personnalités seront auditionnées dans le même cadre. Le nom de l’ancien secrétaire général de l’UGTA est évoqué avec insistance.
A. C.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 28-05-2020

Polémique sur le traitement à la chloroquine
La réponse par les chiffres de l’Algérie

Face à la polémique qui enfle au sujet de l’usage de la chloroquine dans le traitement des patients atteints de Covid-19, l’Algérie ne

2

Actualités 06:00 | 27-05-2020

Gestion des jeux africains d’Alger et du COA
Berraf au cœur d’une nouvelle tourmente

Son nom a été souvent associé à des polémiques qui ont fait grand bruit dans le monde sportif, mais on le dit cette fois inscrit dans un autre chapitre lié aux enquêtes qui ciblent de très nombreux anciens responsables. Mustapha Berraf, ex-président du Comité olympique algérien, COA, serait au