Voir Tous
Rubrique
Actualités

Généralisation de l’arabe dans les administrations Un autre ministère interdit l’usage du français

Publié par Massiva Zehraoui
le 23.10.2021 , 11h00
12435 lectures

La généralisation de la langue arabe constitue visiblement la priorité de certains secteurs d’activité. Après le ministère de la Jeunesse et des Sports, c’est au tour de celui de la Formation professionnelle d’appeler l’ensemble de ses services et des institutions qui relèvent de sa tutelle à généraliser l’usage de la langue arabe, aussi bien dans l’enseignement que dans les correspondances émises par les départements du ministère.
Massiva Zehraoui- Alger (Le Soir) - Dans une note adressée aux cadres centraux et directeurs des différents services et établissements qui relèvent du secteur, le ministère de la Formation professionnelle a imposé l’usage unique de la langue arabe. «Vous êtes priés de généraliser l’utilisation de l’arabe dans le domaine de l’enseignement au niveau des institutions de formation, ainsi que dans toutes les communications et courriers émanant des services du même département», précise l’instruction du ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels. Celui-ci explique cette disposition en se référant aux «principes de la Constitution algérienne». Il s’appuie sur l’article 3 qui stipule que «l’arabe est la langue nationale et officielle». La même source tient encore à préciser que cette instruction «doit s’appliquer à la lettre», en sachant que cette disposition est entrée en vigueur jeudi dernier. Désormais, l’usage du français n’est pas seulement interdit dans le secteur de la formation et l’enseignement professionnels, mais également dans celui de la jeunesse et des sports.
Une note adressée la semaine dernière par la tutelle à l’endroit des cadres du secteur fait mention de la généralisation de la langue arabe dans l’ensemble des activités, telles que la gestion administrative ou encore la communication. Le communiqué a également indiqué que «le ministère attache une grande importance quant à l’application de cette mesure, dès le 1er novembre prochain». Il y a lieu de rappeler dans ce contexte que la volonté de généraliser la langue arabe dans les administrations publiques notamment n’est pas un fait nouveau. Le gouvernement n’a cessé de prôner la nécessité de redonner à cette langue la place qu’elle «mérite», selon eux. Mais pas que. Car on y voit clairement une «résolution» de se détacher petit à petit, pour des considérations «politico-historiques», de l’usage de la langue française dans la société algérienne. Les gouvernants évoquent des motivations dont le but est de se conformer «aux dispositions législatives et réglementaires qui consacrent l’arabe comme langue officielle en reconnaissance pour sa valeur nationale». Cependant, généraliser l’utilisation de l’arabe dans la gestion administrative suffira-t-il à balayer toute trace de la francophonie en Algérie. Pas si sûr, dans la mesure où la langue de Molière, quoi qu’il arrive, enracinée dans notre culture, reste indissociable.
De nombreux spécialistes et pédagogues qui se sont penchés sur cette question demeurent perplexes vis-à-vis de la faisabilité de la chose, notamment avec les sorties du ministère de l’Enseignement supérieur qui a décidé de remplacer progressivement l’enseignement des programmes en français par l’anglais dans les universités. Cela implique, d’après eux, une réadaptation totale du système éducatif et ce, à partir du primaire, tout un chantier à reconstruire. Et quand bien même en réussissant cela, il faudra beaucoup de temps pour remplacer le français par l’anglais. D’aucuns estiment, par ailleurs, qu’actuellement, la priorité de ces deux secteurs doit dépasser ce genre de considérations linguistiques et traiter les problèmes de fond qui minent leur développement.
M. Z.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 07-12-2021

Enseignement post-Covid-19 : les clés du changement

La pandémie de coronavirus, qui a frappé l'humanité au début de 2020, a changé notre monde, affecté tous les domaines de la vie humaine, y compris l'éducation, et conduit, de plus, à l'adoption généralisée de mesures sans précédent. Les établissements

2

Périscoop 11:00 | 05-12-2021

Pas un mot de français

Les organisateurs de la conférence nationale sur la relance de l’industrie ont tout simplement évité l’usage du français. Les documents distribués à l’occasion de l’ouverture