BILLET (PAS) DOUX / BILLET (PAS) DOUX

Boumediène a sauvé le bon vignoble algérien

Débat virtuel sur l'arrachage du vignoble algérien. Avec une production record, le vin algérien de table n'avait plus la grosse masse des consommateurs locaux depuis le départ des Français. Que fallait-il en faire ? La décision de Boumediène d'arracher ce vignoble-là était un acte salutaire pour l'économie nationale. La preuve : quelques années plus tard, la France, secouée par la nationalisation des hydrocarbures, imposa le boycott du vin algérien et demanda à ses partenaires d'en faire autant.
Une chose qu'on ne dit pas : aucun vignoble d'appellation garantie n'a été arraché ! Et c'est ainsi que furent sauvés le Tlemcen, le Mellah, la Montagne des Lions, le Telagh, le Zaccar, Médéa et, bien sûr, la Cuvée... du Président !
M. F.