BILLET (PAS) DOUX / BILLET (PAS) DOUX

«To be or not to be»

En 1988, au Palais de Skhirat, le roi Hassan 2 tenait, devant nous, la promesse d'organiser le référendum au Sahara Occidental. Mais, dans ce royaume de l'injustice, des disparités sociales criantes, de la corruption et du haschich, que valent les promesses, fussent-elles prononcées par leur «Majesté» ? Le crime de l'Algérie est de soutenir toujours ce référendum alors que le Maroc, qui n'est pas à sa première volte-face, renie ses engagements !
Et, au lieu d'affronter une réalité qui s'impose par la force du droit international, le Makhzen tourne en rond, se chamaille avec l'Allemagne et l'Espagne, oublie ses enfants sur les plages de Ceuta et revient toujours à son jeu favori qui est de s'attaquer à son voisin de l'Est. Depuis la guerre des sables, nous nous sommes habitués aux basses manœuvres de la monarchie alaouite mais, cette fois-ci, une ligne rouge vient d'être franchie.
Tout Algérien digne de ce nom ne peut rester silencieux face au complot. La main de l'étranger, c'est de la vieille histoire. Maintenant, c'est le bras sioniste qui est en train de s'agiter et de pousser le Makhzen vers le précipice dans lequel il tombera tôt ou tard.
Cette énième attaque, la plus grave parce que portée avec l'aide des forces impérialistes et réactionnaires arabes à la recherche d'un point de fixation pouvant évoluer et justifier leur entrée en scène, doit susciter une réaction unanime et franche de tout le peuple algérien. Les ni-ni, les positions médianes, surtout celles noyées dans les échappatoires politico-philosophiques, seront vus comme une trahison pure et simple.
Être Algérien, c'est défendre l'Algérie, que l'on soit d'accord ou pas avec le pouvoir, démocrate ou islamiste, de gauche ou de droite. Être ou ne pas être reste la question existentielle fondamentale !
M. F.