Rubrique
Ce monde qui bouge

L’Algérie a déjà basculé historiquement

Publié par Hassan Zerrouky
le 28.11.2019 , 11h00
2385 lectures

Quoi qu’il se passe le 12 décembre, l’Algérie a basculé dans un autre temps historique. Les jeunes en particulier se sont réapproprié le politique. Depuis le 22 février, ils expriment leurs revendications pacifiquement sans affrontements, sans morts ni blessés, sans saccages ni incendies de biens publics ou de véhicules, et ce, malgré les interpellations de nombreux citoyens.  Les candidats à l’élection présidentielle sont certes chahutés par des manifestants en colère, parfois fortement, leurs meetings quelque peu perturbés, mais sans plus. Aucun candidat, par exemple, n’a été accueilli par des jets de pierres ou n’a vu son véhicule caillassé. 
Autre exemple de ce comportement exemplaire, cette vidéo montrant un échange tendu entre la cheffe de daïra de Darguina, dans la wilaya de Bejaïa, mais qui n’a à aucun moment dégénéré. On entendait même des voix dire à la cheffe de daïra, « parlez madame », pour aussitôt contester verbalement son propos. Sans un mot de trop à l’égard de cette représentante       de l’Etat. 
Ailleurs qu’en Algérie, on ne peut pas en dire autant. Dans la plupart des pays touchés par des crises internes, il y a eu mort d’hommes par balles. C’est le cas du Chili, qui possède pourtant une longueur d’avance sur l’Algérie en matière de démocratie et de libertés. C’est le cas aussi en Irak, en Bolivie, en Colombie, sans compter l’Iran. 
Naturellement, le comportement des Algériens étonne à l’étranger. Le fait que tout se passe bien, que le sang n’ait pas coulé, est l’une des raisons qui font que l’Algérie ne fait pas la « une » des médias occidentaux. Pourtant, au début du Hirak, nombreux étaient ces médias étrangers prévoyant un bain de sang. Il n’y en a pas eu et l’Algérie n’intéressait plus. A de rares exceptions près, ce fut le silence. 
Quant aux relations avec l’UE (Union européenne), il suffit d’observer qu’à la fin 2018, la part des importations en provenance de l’UE représentait 43,7%, devant la Chine (18,2%), la Turquie (4,4%) et les Etats-Unis (3,9%). Et qu’en matière d’exportations, l’UE, qui absorbe 58,9% des exportations algériennes, essentiellement du gaz et du pétrole, reste le premier partenaire commercial de l’Algérie. Ce qui fait que la balance commerciale avec l’UE est nettement en faveur de l’Algérie (plus de 617 millions d’euros), alors qu’avec la Chine, le déficit commercial dépasse les 6 milliards d’euros. Plus globalement, à fin 2018, les échanges entre l’UE et l’Algérie, en nette baisse par rapport à l’année 2014, ne représentaient que 1% du total du commerce extérieur de l’Union européenne, soit 35 milliards d’euros (import-export compris) contre 52 milliards en 2014. Un pour cent, pas plus. De ce fait, en cas de détérioration des rapports avec l’UE, il n’est pas sûr que le gagnant à court terme soit l’Algérie. Et si la situation venait à s’aggraver en Algérie, pas sûr que l’UE resterait passive. 
Le 12 décembre, c’est dans deux semaines. Et d’ici là, la contestation ne va pas s’arrêter. La campagne électorale va se poursuivre, malgré le désintérêt et l’hostilité d’un grand nombre d’Algériens, malgré une morosité sans précédent, des panneaux électoraux vides quand ce ne sont pas les portraits des figures du Hirak qui sont affichés à la place de ceux des candidats qui, malgré leurs efforts, peinent à se faire entendre. 
Le 12 décembre, il y aura des Algériens qui iront voter, c’est sûr, mais ce ne sera pas un raz-de-marée électoral comme en novembre 1995. Combien seront-ils ? Nul besoin d’être un grand expert des sondages pour connaître la réponse. La vraie question est de savoir ce que vaudra dans ces conditions le vote du 12 décembre et de quelle légitimité se prévaudra le futur chef de l’Etat vis-à-vis de son peuple et des partenaires de l’Algérie.  
H. Z.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 19-01-2020

Tebboune revoit le protocole officiel

Le Président Abdelmadjid Tebboune revoit le protocole en termes d’accueil des invités étrangers. C’est, en effet, au niveau du Palais d’El-Mouradia, siège de la présidence de la République, que Tebboune accueille de manière

2

Actualités 11:00 | 22-01-2020

LES MAGISTRATS ONT ENTENDU TAYEB LOUH, AHMED OUYAHIA ET DJAMEL OULD ABBÈS À CE SUJET
Enquête sur les législatives de 2017

L’enquête judiciaire menée autour des graves irrégularités enregistrées durant les législatives de 2017 commence à lever progressivement le voile sur les pratiques mises alors en place pour privilégier l’accès à la députation aux hommes du «clan». Les fidèles à la fratrie des Bouteflika et ceux auxquels ils ont

3

Périscoop 11:00 | 21-01-2020

Une quarantaine de walis concernés

4
5

Ici mieux que là-bas 11:00 | 19-01-2020

Non, le Hirak n’a pas échoué !