Voir Tous
Rubrique
Ce monde qui bouge

L’Arabie se calfeutre, silence dans les rangs islamistes

Publié par Hassan Zerrouky
le 26.03.2020 , 06h00
4471 lectures
Avant d’aborder l’Arabie Saoudite, un mot sur Karim Tabbou, jugé et condamné alors qu’il venait de purger sa peine et qu’il était juridiquement libre à un moment où les Algériens, qui font montre d’un civisme remarquable, sont appelés à faire front dans l’unité face à la progression du Covid-19. Des Algériens qui, par ces temps de progression du Covid-19, s’attendaient plutôt à ce que les détenus d’opinion soient remis en liberté et que leurs procès soient différés à une date ultérieure.
Du coup, assisterons-nous à un second vendredi sans Hirak ? Pour l’heure, suite aux appels de ses acteurs, hormis quelques dizaines d’individus qui ont scandé mardi 17 mars « Hirak corona khawa khawa » ou «djabou el corona habou habsouna», l’appel à une pause du mouvement populaire a été massivement entendu. Même les recommandations absurdes d’El Magharibia tv appelant les Algériens à manifester en se masquant avec des « écharpes», «l’emblème national», «un bout de drap», ce qui serait «fabuleux au niveau de la communication parce que dans le monde entier les gens verraient un peuple entier sortir masqué…», n’a pas eu l’effet escompté. La plupart des Algériens ont compris que le Covid-19 n’est ni une punition divine ni un «complot» fomenté par on ne sait qui !
Ali Benhadj, lui, est déjà en colère. Pas contre ses frères saoudiens qui ont suspendu la omra le 4 mars et les prières dans les mosquées du royaume (17 mars).., mais contre la décision du gouvernement de fermer temporairement les mosquées y compris le vendredi, jour de grande prière. Avant lui, Abdallah Djaballah avait également critiqué cette mesure. Et que dire de l’inénarrable Chemseddine dit Chemsou... C’est, sans doute à ce genre de personnages que pensait, plus d’un siècle plus tôt, en 1882, le réformateur musulman soufi Djamel Eddine al-Afghani en écrivant  : «Celui-là qui se dit âlam (savant en Islam) peut passer une nuit à lire le Coran à l’aide d’une chandelle sans jamais se demander par quel moyen la flamme produit la lumière» !
Cela étant, le régime saoudien, épargné par les critiques de nos islamistes, est allé encore plus loin. En plus de la fermeture des frontières, des écoles et universités, de l’arrêt des vols internationaux et des vols intérieurs, il a également suspendu les transports publics ( bus, trains et ferries) pour deux semaines et instauré le couvre-feu de 19 h à 6 h du matin à compter du 23 mars. C’est qu’avec 767 cas de personnes contaminées par le Covid-19, dont 205 pour la seule journée de mardi, Riyad n’avait pas d’autre choix. Aussi le roi Salmane a-t-il prévenu vendredi dernier que le plus dur était à venir. Comme quoi «la terre sainte» n’est pas immunisée contre le Covid-19 !
Plus encore, la suspension de la omra, qui attire entre six et sept millions de pèlerins par an, représente un sérieux manque à gagner pour Riyad. Il suffit de rappeler que le hadj et la omra rapportent chaque année quelque 40 milliards de dollars au Trésor saoudien. Et si le coronavirus n’est pas éradiqué d’ici la fin juin, c’est le hadj 2020 qui risque de ne pas avoir lieu. Pire, le Covid-19 fait peser de sérieuses incertitudes sur l’ambitieux plan de développement Vision 2030 qui visait de faire venir 30 millions de pèlerins (hadj et omra) au lieu de neuf millions aujourd’hui ! Plus de 20 milliards de dollars ont été consacrés à des projets de rénovation de la ville sainte, dont la réalisation d’un métro et d’un TGV !
Et avec la baisse du prix du baril que le régime saoudien a lui-même provoquée en déclenchant une guerre des prix, sur fond d’une dette estimée à 350 milliards de dollars, l’Arabie Saoudite va au-devant de sérieuses difficultés. Car la Russie, principale cible de cette guerre des prix, n’a pas plié : elle peut se suffire d’un baril à 40 dollars, voire à 30 dollars.
H. Z.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3
4

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak

5

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir