Constances / Constances

C’est les élections comme il a dit lui

Dans une municipalité des hauteurs d’Alger, d’anciens militants du FFS passés au… TAJ sont revenus au FFS ! Ne vous fatiguez pas à trouver ce que peut bien partager un partisan du Front des forces socialistes (de Hocine Aït Ahmed) comme on dit, avec le Tajamoû Amal Jazaïr, (de Ammar Ghoul), comme on dit aussi. Il ne doit pas y en avoir des masses. S’il y en a eu, ce n’est pas ce qui a fait déserter ces gens de «leur» parti pour aller dans un autre. Ce n’est pas non plus ce qui les a fait revenir «à la maison», ni même entreprendre une ou plusieurs autres transhumances d’ailleurs. Ne faites pas la fine bouche sur le terme, c’est juste une préférence sensorielle à l’autre, le «nomadisme», désormais ringardisé. Mais sur l’essentiel, ça dit la même chose : on va, on bouffe et on revient, quand la saison sera meilleure dans l’oasis de départ. Plus net que ça, tu crèves la dalle. Parce qu’il n’y aura plus d’oasis sous tes semelles mon frère, c’est la traversée du Tanezrouf qui t’attend. Et puis dans ces zones-là, on ne sait plus, s’agissant de «résidence», laquelle on quitte pour rejoindre l’autre, avant de se rendre compte qu’un retour au bercail est finalement salutaire. Salutaire parce que prometteur pour un temps. C’est tout ce qui compte, mon frère. Comment distinguer le gite principal de la résidence secondaire ? Allez savoir. Hocine Aït Ahmed est mort mais il y a pire pour les butineurs-voyageurs : Ammar Ghoul est en prison et en ce moment, mieux vaut se revendiquer de quelqu’un qui est sous terre que d’un autre qui est par terre. C’est les élections, au cas où quelqu’un l’aurait oublié. Et quand il y a des élections, on y va, à la guerre comme à la guerre, mon frère. On ne le dit pas vraiment comme ça mais c’est tout juste. D’ailleurs, quelque part dans une municipalité de l’ouest, on a déjà oublié Benyounès dont on a porté l’étendard, le temps d’un nuage d’été puisque ça a quand même duré plus qu’une saison de… transhumance… Du RND au MPA, où est le problème ? Il n’y a pas de problème, mon frère, il n’y a que des solutions quand on va à l’essentiel. C’est qui, Benyounès ? Il est sorti de prison. Ah, bon ? Et alors ? On ne va quand même pas retourner au RND ! Voyons : Ouyahia est toujours au mitard. C’est complet au FLN qui recycle les rejetons des apparatchiks ripoux, et des ripoux apparatchiks, ce qui fait déjà trop de monde à caser. Le RCD ? Trop drôle. Allez, on se fait une liste d’indépendants. De notre volonté, bien sûr. Tout le monde l’aura compris mais vous pensez bien qu’on s’en fiche. Sinon on ne se serait pas montré, quand même. C’est les élections, comme il a dit, lui. Sur les hauteurs d’Alger, dans une municipalité de mechta à l’ouest, dans la Kabylie soudain apaisée et partout ailleurs, dans notre beau et vaste pays.
S. L.