Rubrique
Constances

Délire d’été

Publié par Slimane Laouari
le 24.06.2019 , 11h00
1048 lectures

L’été a du mal à s’installer dans la durée. On ne sait pas à quoi il joue mais on sait qu’il va finir par prendre ses aises, comme toujours, sans crier gare, au moment où on commence à désespérer. Elle a certes ses petits et grands caprices mais la nature finit toujours par se rendre à l’évidence de ses cycles. De plates évidences? Oui, il en faut parfois, à moins que ce ne soit souvent. Question pas évidente du tout : à quoi sert l’été ? La réponse si. Le problème est qu’il y en a beaucoup, des réponses. L’été sert à prendre des vacances. Si on n’a pas les moyens de ses désirs de détente, on peut toujours se reposer. 
Le problème est que le repos est fatigant, quand il est sans loisir, sans voyage, sans rêve, sans découverte, sans compagnie, sans… argent. Allez prendre un congé sans perspective de vacances et vous vous rendrez compte à quel point c’est usant. L’équation est simple : quand vous travaillez, vous êtes dans la routine qui vous mène de la maison au boulot. Quand vous êtes en congé sans programme et sans moyens, vous êtes dans la routine qui vous conduit de la maison à la maison. Du coup, vous avez envie de retourner au boulot, ce qui est un comble pour des gens qui se rendent au travail mais travaillent rarement.  Les autres, ceux qui ont un peu les moyens, ils peuvent toujours partir en Tunisie, parce que les vacances dans leur pays, c’est toujours du… travail. Aller à la plage ? Il faut vraiment qu’il y ait la mer dans le quartier et encore. Vous n’avez toujours pas droit à votre parasol même quand vous n’en avez pas, vous n’avez pas droit au maillot de bain même quand vous en avez acheté un mais vous avez le droit d’être percuté par un jet-ski même si vous vous baignez à dix mètres du sable. Il paraît qu’ils vont ouvrir Club-des-Pins et Moretti. Il faut qu’ils fassent vite, parce que les Algériens ont l’intention de les ouvrir tout seuls. Ils paraît aussi que ceux qui y étaient sont tous partis ou presque. C’est bien, c’est même très bien. Ce n’est pas sûr que les deux plages soient agréables à vivre mais c’est toujours mieux sans « eux », question d’hygiène. Est-ce qu’il y a des vacances pendant la révolution ? On ne sait pas vraiment mais on sait qu’il y aura la révolution pendant les vacances, même si les comploteurs vont encore compter sur la canicule et le besoin d’évasion pour qu’elle s’arrête. Ils ont essayé les vacances avancées des étudiants, puis le Ramadhan, puis l’Aïd, puis la Coupe d’Afrique, puis l’emblème amazigh… ils ne vont pas bouder l’été. Ils vont encore avoir tout faux mais ce n’est pas grave. Les revers, les bides et les flops, ils commencent à y prendre goût. Tant mieux, l’été va s’installer et prendre ses aises, peut-être avant vendredi. Celui-ci ou le prochain ou même entre les deux ça… marche.
S. L. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent