Rubrique
Constances

Saha, les jeunes !

Publié par Slimane Laouari
le 28.11.2019 , 11h00
1949 lectures

Ils ont tous les deux plus de cinquante ans mais il paraît qu’ils sont jeunes. On ne sait plus pourquoi on les appelle ainsi mais on peut poser les questions. Est-ce qu’ils sont jeunes parce qu’ils sont moins vieux que les autres candidats ? Est-ce qu’ils sont jeunes parce qu’on les a très tôt introduits dans le sérail et depuis, on a arrêté leur compteur de gâteaux  d’anniversaire ? Est-ce qu’ils sont jeunes parce qu’encore gamins, ils ont déjà « compris comment ça se passe » ? Il faut arrêter les questions pour plusieurs raisons, dont la plus importante est que les questions ne font pas les… réponses. Ça arrive mais rarement. Prenons le premier « jeune », Bengrina pour ne pas le nommer, qui continue à émerveiller le monde et accessoirement les Algériens par ses propositions avant-gardistes, innovantes et extratemporelles. Il a d’abord prié sur un trottoir, mettant ainsi un coup de pied dans la fourmilière des vieux ringards qui pensent qu’on ne peut le faire que dans une mosquée ou chez soi. Ensuite, il a dit qu’il n’est pas amazigh, défiant ainsi tous les anachronismes qui veulent nous accrocher à des racines plus vieilles que le monde. Et puis la dernière où il s’est révolté contre les… vieux canassons qui veulent l’empêcher de prendre ses bains de foule : « Je vais continuer à marcher dans la rue .» La rue Didouche ? Non, c’est passé de mode, archaïque, d’une autre ère géologique. Dans une rue de Lakhdaria, de M’sila ? Même pas Ouargla ! La rue, vous ne savez pas ce que c’est parce que vous êtes trop vieux, c’est-à-dire pas assez jeunes pour comprendre !
Passons au deuxième maintenant. Belaïd Abdelaziz, ou Abdelaziz Belaïd, on ne sait plus. Vous êtes déjà ringards et d’un autre siècle si vous vous demandez lequel de ces deux prénoms est son nom. Quand on est jeune, on innove en tout. Lui, il est jeune depuis tellement longtemps qu’il est devenu encore plus jeune avec l’expérience. Il est tellement jeune que personne ne s’est rendu compte qu’il a été le président des étudiants jusqu’à 40 ans passées. Il est jeune depuis tellement longtemps qu’il a été le plus jeune membre du comité central du FLN. Tenez, il y a deux jours, il a encore tenu un meeting avec les étudiants pour leur dire qu’il a confiance en eux. Pourquoi il doit leur faire confiance ? C’est les étudiants qui veulent devenir « président » et ont donc sollicité « ses » suffrages ? Mais ça, ce sont des rengaines érodées. On n’a pas idée de s’accrocher à cette vieillerie d’apothicaire qui veut que ce soient les électeurs qui doivent faire confiance au candidat. Le monde a changé et Belaïd, à moins que ce ne soit Abdelaziz, va changer le monde. Il est jeune, il n’a même pas… soixante ans et il a de longues années d’expérience dans la jeunesse. Faites-lui confiance. Pardon, il vous fait confiance.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 19-01-2020

Tebboune revoit le protocole officiel

Le Président Abdelmadjid Tebboune revoit le protocole en termes d’accueil des invités étrangers. C’est, en effet, au niveau du Palais d’El-Mouradia, siège de la présidence de la République, que Tebboune accueille de manière

2

Actualités 11:00 | 18-01-2020

Communication et rapports avec la presse
Tebboune instaure de nouvelles traditions

Abdelmadjid Tebboune ambitionne de laisser son empreinte dans un domaine où ses prédécesseurs ont peu brillé : celui de la communication. Il rencontrera ce mardi 21 janvier une délégation de responsables de médias privés et publics, prélude