Voir Tous
Rubrique
Contre poings

Lettre d'outre-tombe

Publié par Meziane Ourad
le 18.03.2021 , 11h00
186 lectures

Mon vrai nom ne vous dira sûrement rien, Bennacer Baghdadi. Mon pseudo d'artiste rappellera, par contre, aux plus de soixante ans, les temps où se confondaient l'aube et le crépuscule. Cette époque bénie où mon peuple, qui venait à peine de célébrer la fin de la nuit coloniale, se voyait, déjà, relégué au rang de spectateur du funeste destin qu'on lui préparait. Je suis Ahmed Saber, je vous parle du fond de la tombe qui m'accueille depuis le 19 juillet 1969.
Homme de théâtre puis chansonnier, il faut croire que j'ai beaucoup dérangé le pouvoir colonial qui m'a emprisonné à plusieurs reprises avant l'indépendance de l'Algérie.
L'Algérie, mon pays, ne m'a pas fait plus de cadeaux. Très vite, très tôt, après juillet 62, j'ai senti venir le temps des flibustiers. Le vent de la rapine. Le temps du mensonge et de la trahison.
J'ai chanté ce temps et dès 1964 et deux de mes titres (El khedma et El khayène), où je dénonçais le chômage massif et le détournement de biens publics, la police générale d'Oran m'a enfermé, sur ordre du wali local.
Ben Bella, alors président de la République, après avoir écouté mes chansons, a ordonné ma libération, après quatre jours de cellule, accompagnant même son injonction d'une leçon sur la liberté d'expression!!
Vous admettrez que les temps ont bien changé depuis...
Je crois que j'ai été hirakiste bien avant l'heure. La vie ne m'a pas trop gâté puisqu'elle m'a quitté alors que je n'avais encore que trente-quatre ans. De grosses rumeurs ont circulé après ma disparition. On a affirmé, avec force, que j'aurais été assassiné pour les téméraires engagements que je prenais, alors, dans mes textes.
Je n'ai, malheureusement, pas d'informations à vous donner à ce sujet. Le dernier à savoir de quoi il est mort, c'est le mort lui-même ! Ça, tout le monde en est conscient...
La vie n'a pas non plus gâté mes compatriotes : des dizaines de milliers de morts depuis 1962, des milliers de disparus, des relégués, des embastillés, des exilés...
Du pillage, du pillage, encore du pillage!
J'entends d'ici les clameurs du Hirak, je ne suis jamais trop loin des lieux que vous occupez. Je n'ai jamais été trop loin de vous. Vous le savez bien, vous le clamez depuis que vous êtes descendus dans la rue. Rien n'a changé depuis soixante ans. Réécoutez mes  chansons, vous  mesurerez l'étendue du désastre !
M. O.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 04-05-2021

Le football, c’est la guerre sans le fusil

​Le football est le jeu qui mobilise le plus. À ce jour, aucun autre sport ne peut lui contester son hégémonie, qu’il s’agisse de spectacles ou de pratiques. Il est dans toutes les discussions de ses fans

2

Actualités 11:00 | 04-05-2021

Oxygène Médicinal
La ressource qui a failli échapper à l’Algérie

L’Algérie dispose de capacités de production d’oxygène médicinal suffisantes pour faire face à une nouvelle vague importante de Covid-19. Mais la vente, en 2007, de 66% du capital de l’ex-Entreprise nationale des gaz industriels a placé le groupe allemand Linde Gas dans une position de monopole qui aurait pu être fatale pour le pays.