Voir Tous
Rubrique
Culture

A Stratford-upon-Avon Dans la ville de Shakespeare, le théâtre renaît en plein air

Publié par R.C
le 18.07.2021 , 11h00
52 lectures

«Les mots, l'espace, le public» : privée de scène depuis un an et demi par la pandémie, la troupe de la Royal Shakespeare Company renoue avec les spectateurs grâce à un théâtre en plein air dédié dans la ville du dramaturge britannique.
«On dirait le véritable esprit de Shakespeare», souligne le comédien Greg Haiste, énumérant les trois ingrédients de «cette merveilleuse expérience partagée qui nous a tellement manqué».
Pour forger le chaudron de ces retrouvailles à Stratford-upon-Avon (centre de l'Angleterre), sur les bords de la rivière Avon, il a fallu six mois de travail, 900 tonnes de roche pour stabiliser le terrain et 30 tonnes d'acier pour la structure des gradins. Le tout à un jet de pierre de la maison où William Shakespeare est né en 1564, et à un autre de l'église où il repose.
Malgré la levée de l'essentiel des restrictions sanitaires en Angleterre dès lundi prochain, malgré une envolée des contaminations, cette enceinte en amphithéâtre n'accueillera dans un premier temps que la moitié des 500 spectateurs qu'elle peut recevoir.
Quand a éclaté la crise sanitaire début 2020, La Comédie des Erreurs, l'une des pièces de jeunesse les plus drôles de Shakespeare, était quasi prête à être présentée au public.
«On a dû arrêter, pour recommencer», explique Greg Haiste, impatient que le public puisse poser son «œil neuf» sur le spectacle, qui a dû s'adapter à cette nouvelle configuration.
Le fait de jouer dehors a nécessité une refonte des jeux de lumière qui sont rendus plus difficiles. Et pour se faire entendre sans véritable mur pour renvoyer les sons, les comédiens utilisent des micros. «ça va être intéressant de rester connecté avec un public sans qu'il reçoive directement nos voix», souligne la comédienne Heddyd Dylan, «on espère qu'ils vont s'habituer et nous aussi».
Parmi les membres de l'équipe, elle fait partie de ceux qui ont déjà joué dans une enceinte ouverte, au théâtre du Globe, à Londres. «On a l'habitude de jouer avec des pigeons qui atterrissent parfois sur scène, ça déconcentre un peu mais le public adore ça ! Tout ce qui va de travers, c'est leur jeu préféré.» 
Si le temps l'exige, les spectateurs sont invités à prévoir un vêtement de pluie, mais devront renoncer au parapluie.
L'exposition aux quatre vents fait partie de l'expérience. Les bruits environnants aussi, qu'ils viennent de la ville ou des cygnes voisins.
La pandémie a aussi pesé sur les répétitions. Pas question de faire une scène de baiser, «c'était assez bizarre», souligne Heddyd Dylan, celles-ci se sont faites avec masques, distanciation et tests réguliers.
«Mais il y a de l'espoir dans l'air», «on espère que le pire est derrière nous», poursuit la comédienne, pour qui c'est «un honneur» de faire partie du retour à la normale d'un public qui revient au théâtre.
«ça y est, on y est enfin», abonde l'actrice Avita Jay, qui brûle de retrouver les planches, «on pensait que ce jour n'arriverait jamais».
Pour elle, jouer en extérieur est une première et représente une «solution parfaite», «je suis sûre que beaucoup de gens auraient un peu peur d'être dans un espace fermé».
S'il a ses avantages, le grand air présente aussi des risques. «ça va être une loterie de savoir qui va se prendre un caca de pigeon en premier sur scène», s'amuse la comédienne, «j'espère que ça ne sera pas moi»!
En tout cas, le public répond présent, assure le metteur en scène Phillip Breen, «les gens ont l'air impatients». Malgré ses inquiétudes pour l'avenir dans le théâtre, il souligne l'ambiance optimiste qui accompagne cette reprise.
«Il y a ce sentiment de fête, les gens veulent revenir et voir des comédiens», explique-t-il, espérant que cette pièce en plein air renoue les liens avec le public.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 22-07-2021

LE MAKHZEN UTILISE PEGASUS CONTRE SES ALLIÉS ET SES ENNEMIS
Maroc, la grande kechfa !

Le Maroc est accusé avec d’autres États d’avoir utilisé Pegasus, un logiciel développé par une entreprise israélienne, pour espionner les smartphones de nombreuses personnalités à travers le monde. Les services de renseignement

2

Actualités 11:00 | 24-07-2021

VALSE-HÉSITATION ET TÂTONNEMENTS EN SÉRIE
Qui dirige le Maroc ?

Depuis quelque temps, le Maroc déroute les observateurs par sa politique tâtonnante et parfois franchement aventureuse. Pour une monarchie qui a toujours fonctionné dans l'ordre et la discipline hérités d'une