Voir Tous
Rubrique
Culture

Parution de la traduction italienne de Alger, le cri Débat à l’Institut culturel italien

Publié par R.C
le 26.09.2021 , 11h00
90 lectures

L'Institut culturel italien d'Alger a organisé, mercredi, une rencontre animée par visioconférence autour de la parution de la traduction vers l’italien du récit de Samir Toumi, Alger, le cri, sortie sous le titre, Algeri, il grido, sous la plume de Giulia Béatrice.
Premier roman de Samir Toumi, Alger, le cri, récit autobiographique de 165 pages, paru en 2013 aux éditions Barzakh, rend avec «fascination, amertume et passion», une «quête de soi et de ses origines», mêlée aux «pulsions et à la respiration» des rues d'Alger.
L'auteur n'a cessé d'arpenter dans le double mouvement de l'«enfermement et la circularité» sa ville natale qui l’emmènera dans «les tréfonds de la mémoire» pour se raconter, en démultipliant «les cris de ses failles sismiques et ses faillis politiques».
Samir Toumi est alors présenté comme un arpenteur fébrile de la ville d’Alger et de ses faubourgs.
Paru en juillet 2021 chez Astrate Edizioni, Algeri, il grido a donné lieu à cette rencontre, animée, près d'une heure et demie de temps, par les principaux acteurs de cette belle nouveauté littéraire.
Modéré par Selma Hellal des éditions Barzakh, le débat a été conduit par Samir Toumi, la directrice de l’Institut culturel italien d'Alger, Antonia Grande, Carolina Paolicchi d’Astrate Edizioni, Giulia Béatrice, précédés par l’intervention de l’ambassadeur d’Italie, Giovanni Pugliese.
Évoquant la «célébration de la collaboration entre l’Algérie et l’Italie», Giovanni Pugliese a rappelé l’«engagement permanent de l’Italie dans la voie du dialogue culturel avec l’Algérie», considérant que Algeri, il grido allait créer des «passerelles d’amitié et d’échanges entre les deux pays».
«Espérant que ce récit puisse rapprocher le lecteur italien de la ville d’Alger, une cité autant belle que bouleversante», a-t-il conclu après avoir résumé et fait l’éloge de l’ouvrage de Samir Toumi.
Après avoir fait remarquer que la ville d’Alger «parlait aux artistes et aux écrivains», la directrice de l’Institut culturel italien d'Alger, Antonia Grande, a cité Yasmina Khadra, autre romancier algérien épris d’Alger la capitale, et son rapport à cette ville nostalgique «chargée d’émotions, qui vous change», a-t-elle dit.
Quant à l’auteur, il a d’abord évoqué sa rencontre à Naples avec Giulia Béatrice, qui s’est faite grâce aux liens créés autour de L’effacement (Barzakh-2016), un autre de ses romans qui avait alors été traduit en italien par Daniela De Lorenzo, sous le titre Lo specchio vuoto (le miroir vide).
Samir Toumi explique que Alger, le cri, est un roman «ventral, très impérieux et totalement spontané», où la capitale Alger, devenue «(sa) thérapeute, (sa) mère, un danger, un serpent», n’était en fait qu’«un prétexte pour se raconter» et comprendre «qui j’étais et d’où je venais».
Au tour de la traductrice de Alger, le cri, Guilia Béatrice, d’expliquer la réussite de son travail, réalisé, selon la modératrice Selma Hellal, avec des «mots qui ont les mêmes intonations» et une musicalité «presque similaire» que la langue d’origine, par le fait d’«avoir vite compris la pertinence de bien saisir l’univers extralinguistique du roman de Samir Toumi».
Pour sa part, Carolina Paolicchi d’Astrate Edizioni a souligné la nécessité de suivre un marché qui ressemble à «notre identité et notre culture méditerranéennes», avant de relever qu’«en lisant le récit de Samir Toumi, on se rend vite compte que dans chacun de nous, il y a quelque chose de l’autre». Sollicitant amicalement l’approbation de la directrice de l’Institut culturel italien d'Alger, Samir Toumi a ensuite fait savoir qu’il avait offert Algeri, il grido, son roman traduit, aux départements de la langue italienne des universités d’Alger, Blida et Annaba pour, a-t-il conclu, «susciter des études et des débats autour de son œuvre».
Né en 1968 au quartier de Bologhine à Alger, Samir Toumi est ingénieur polytechnicien, consultant, photographe et écrivain, alliant ainsi rationalité et esthétique.
En 2013, il sort Alger, le cri, son premier roman, et collabore à la revue L'impossible créée par Michel Butel.
En 2016, il récidive avec L’effacement qui lui vaudra, en 2017, la distinction du prix de l’Association France-Algérie, avant de participer en 2019, à l'ouvrage collectif Méditerranée, amère frontière, paru chez Actes Sud.
À la Basse-Casbah d’Alger, il crée La Baignoire, un concept «d’espace partagé» avec les artistes.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 19-10-2021

UN NOUVEAU DÉCRET POUR TRAQUER LES ORGANISATIONS TERRORISTES
L’étau se resserre autour du MAK et Rachad

Ayant déjà classé le MAK et Rachad comme organisations terroristes, l’Algérie fixe par décret les modalités d’inscription et de radiation de la liste nationale des personnes

2

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 18-10-2021

Le retour du harrag

Jamais, au grand jamais, il n'y a eu autant de départs de harragas ! La question intrigue...