Voir Tous
Rubrique
Culture

Haut conseil islamique Inauguration de la saison culturelle

Publié par R.C
le 26.09.2021 , 11h00
80 lectures

Le président du Haut Conseil islamique (HCI), Bouabdellah Ghlamallah, a supervisé, jeudi à Alger, le coup d'envoi officiel des manifestations de la saison culturelle du Conseil 2021/2022, en présence de la ministre de la Culture et des Arts, Wafaa Chaalal, du médiateur de la République, Brahim Merad, et de personnalités nationales et scientifiques.
Dans une allocution, M. Ghlamallah a rappelé les principales missions du HCI, à savoir «encourager et promouvoir la jurisprudence et émettre son avis au regard des prescriptions religieuses sur ce qui lui est soumis», en tant qu’«institution nationale de référence qui prend en charge toutes les questions liées à l'Islam, y compris celles concernant la crise sanitaire (Covid-19)».
Le président du HCI s'est félicité de la réponse du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, et du gouvernement à la demande du Conseil consistant à ouvrir la voie à la finance islamique, en ce que les banques algériennes disposent aujourd'hui de guichets de la finance islamique contribuant au développement de l'économie nationale».
Le secrétaire général du HCI, Dr Boumediene Bouzid, a, quant à lui, passé en revue le programme de l'actuelle saison culturelle qui s'articulera autour de la caractéristique du référent religieux et la dimension africaine des Algériens et les valeurs de modération et de médiation qui marquent le discours religieux en Algérie.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 23-10-2021

Généralisation de l’arabe dans les administrations
Un autre ministère interdit l’usage du français

La généralisation de la langue arabe constitue visiblement la priorité de certains secteurs d’activité. Après le ministère de la Jeunesse et des Sports, c’est au tour de celui

2

Contribution 11:00 | 25-10-2021

Réflexions sur l’enseignement des mathématiques en Algérie

Depuis la naissance des mathématiques en Grèce antique, on n’a pas cessé de les caricaturer en disant que tous ceux qui n’ont pas de répulsion pour elles sont voués aux belles carrières professionnelles. Rien n’est plus faux, si