Voir Tous
Rubrique
Culture

La Cinémathèque d'Alger rend hommage au compositeur Ahmed Malek Le «Ennio Morricone» algérien

Publié par R.C
le 22.07.2021 , 11h00
386 lectures

La Cinémathèque algérienne rend hommage au compositeur algérien Ahmed Malek, disparu en 2008, à travers la projection, depuis dimanche dernier, de films dont il a composé la bande originale, indique l'établissement dans un communiqué.
Le programme, qui se poursuit jusqu'à aujourd’hui jeudi, comporte la projection de plusieurs films notamment Les vacances de l’inspecteur Tahar de Moussa Haddad, Omar Gatlato de Merzak Allouache, Barrières de Ahmed Lallem et Leila et les autres de Sid Ali Mazif dont Ahmed Malek a composé la musique. À raison de trois séances par jour, la Cinémathèque propose également deux films sortis en salles récemment, Abou Leila de Amin Sidi Boumediene et En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui.
Natif d'Alger en 1931, Ahmed Malek a suivi des cours d'apprentissage d'instruments de musique comme le piano et l’accordéon. Plus tard, il intègre l’Orchestre de la Radio algérienne, dirigé alors par le regretté Mustapha Skandrani, et collabore comme arrangeur avec plusieurs artistes et groupes de musique algériens. Surnommé à l’étranger «le Ennio Morricone algérien», Ahmed Malek a composé nombre de musiques de films notamment Barrières d’Ahmed Lallem, Le charbonnier de Mohamed Bouamari, Les enfants de Novembre de Moussa Haddad, Autopsie d’un complot de Mohamed Slim Riad et Un toit, une famille de Rabah Laradji.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 22-07-2021

LE MAKHZEN UTILISE PEGASUS CONTRE SES ALLIÉS ET SES ENNEMIS
Maroc, la grande kechfa !

Le Maroc est accusé avec d’autres États d’avoir utilisé Pegasus, un logiciel développé par une entreprise israélienne, pour espionner les smartphones de nombreuses personnalités à travers le monde. Les services de renseignement

2

Actualités 11:00 | 24-07-2021

VALSE-HÉSITATION ET TÂTONNEMENTS EN SÉRIE
Qui dirige le Maroc ?

Depuis quelque temps, le Maroc déroute les observateurs par sa politique tâtonnante et parfois franchement aventureuse. Pour une monarchie qui a toujours fonctionné dans l'ordre et la discipline hérités d'une