Voir Tous
Rubrique
Culture

Dans la catégorie courts métrages de fiction Le film algérien Kayen ouela ma kanech remporte le prix au Festival cinématographique de Bahreïn

Publié par R.C
le 11.04.2021 , 11h00
69 lectures

Le court métrage de fiction Kayen ouela ma kanech du réalisateur algérien Kada Abdellah a remporté le prix du jury du Festival cinématographique de Bahreïn dans sa première édition clôturée mercredi soir et diffusée sur YouTube, ont annoncé les organisateurs. 
L'égalité des droits pour les personnes à besoins spécifiques est le thème principal du film Kayen ouela ma kanech, qui avait précédemment remporté le prix de la «meilleure œuvre complète» lors de sa participation notamment aux Journées du court métrage de Tissemsilt (novembre 2018) et de Aïn Kebira à Sétif (mars 2019) et à la deuxième édition du Festival national du film universitaire d'Oran (2020).
Les noms des lauréats dans les catégories en compétition dans le cadre du Festival cinématographique de Bahreïn qui s'est tenu sous le thème «Cinéma pour toi» ont été annoncés. 
Le film The Swan Song de Yazid Al Kadri du Maroc a remporté le prix du meilleur court métrage de fiction, Les Sept Villages, réalisé par Farah Abu Kharroub du Liban, a décroché le prix du meilleur film documentaire, le film jordanien Buttons réalisé par Ahmed Jaber et le film égyptien Tok Tok, réalisé par Mohamed Khadir, ont respectivement remporté le prix du meilleur film d'animation et le prix de la meilleure œuvre féminine. 
Le festival a réceptionné 450 films de 18 pays arabes et 92 films seulement ont été retenus pour la compétition.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 04-05-2021

Le football, c’est la guerre sans le fusil

​Le football est le jeu qui mobilise le plus. À ce jour, aucun autre sport ne peut lui contester son hégémonie, qu’il s’agisse de spectacles ou de pratiques. Il est dans toutes les discussions de ses fans

2

Actualités 11:00 | 04-05-2021

Oxygène Médicinal
La ressource qui a failli échapper à l’Algérie

L’Algérie dispose de capacités de production d’oxygène médicinal suffisantes pour faire face à une nouvelle vague importante de Covid-19. Mais la vente, en 2007, de 66% du capital de l’ex-Entreprise nationale des gaz industriels a placé le groupe allemand Linde Gas dans une position de monopole qui aurait pu être fatale pour le pays.