Voir Tous
Rubrique
Culture

RDV cinéma de l’IFA Les Césars débarquent à Alger

Publié par Sarah Haidar
le 03.04.2021 , 11h00
411 lectures

L’Institut français d’Alger (IFA) organise un cycle de projections spécial Césars : six films primés sont à l’affiche en ce mois d’avril, en plus d’autres œuvres présentées pour la première fois en Algérie. 
Mercredi soir, l’Institut français d’Alger projetait le long-métrage franco-tunisien Un fils de Mehdi Barsaoui, César du meilleur acteur pour Samy Bouadjila. Cette séance s’inscrivait dans le cycle «Les Césars à Alger» qui programment six films primés dernièrement à la prestigieuse cérémonie française. Ce soir, ce sera au tour d’une comédie, Tout simplement noir, de John Wax et Jean-Pascal Zadi pour lequel ce dernier (également acteur principal) obtiendra le César du meilleur espoir masculin. Voici le pitch : JP, un acteur raté de 40 ans, décide d’organiser la première grosse marche de contestation noire en France, mais ses rencontres, souvent burlesques, avec des personnalités influentes de la communauté et le soutien intéressé qu’il reçoit de Fary le font osciller entre envie d’être sur le devant de la scène et véritable engagement militant. Majoritairement salué par la critique, le film creuse avec humour la question du racisme mais aussi des milieux militants. Le quotidien Libération en fait l’éloge en ces termes : «le film impressionne non seulement en ce qu’il s’avère la comédie la plus accomplie et séduisante éclose — du moins en apparence — au cœur du réacteur du cinéma populaire français, mais surtout par le brio avec lequel la machine de guerre dialectique qu’il met en branle n’a de cesse de dynamiter, saboter façon termites géants les thèses édifiantes qui pourraient germer en son sein, pour mieux en désigner les paradoxes et les impasses.» 
L’IFA prévoit également la projection de La nuit venue de Frédéric Farrucci qui obtient le César de la meilleure musique. Le film raconte l’histoire de Jin, un jeune sans-papiers, chauffeur de VTC et ancien DJ, soumis à la mafia chinoise depuis son arrivée il y a cinq ans en France ; lorsque Naomi monte un soir dans sa voiture, elle est immédiatement attirée par son charisme et lui propose de devenir son chauffeur attitré. Au fil de leurs errances nocturnes dans Paris, une relation se crée entre ces deux noctambules tourmentés et pousse Jin à enfreindre les règles de la pègre. L’accueil critique réservé à La nuit venue semble unanime et salue son «élégance» et une totale réussite pour un premier film. 
Sélectionnée à Cannes et lauréat du prix de la meilleure actrice aux Césars 2021 pour Laure Calamy, Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal est une comédie romantique qui  raconte la passion d’une femme pour son amant avec qui elle prépare depuis des mois les vacances estivales ; mais lorsque celui-ci annule tout pour partir dans les Cévennes avec son épouse et sa fille, Antoinette décide de partir sur ses traces. Globalement positive, la critique y voit «un portrait de femme sensible et une comédie rocambolesque» ainsi qu’un «joli propos sur la recherche de l’amour». 
Au programme de l’IFA, nous retrouvons également le César du meilleur long-métrage d’animation Josep  du dessinateur Aurel qui fut aussi sélectionné à Cannes. L’histoire se déroule en 1939 lorsqu’affluèrent en France des flots de réfugiés républicains espagnols fuyant la dictature franquiste et que la troisième République décide  d’interner dans des camps infâmes où deux hommes séparés par les barbelés se lient d’amitié. L’un est gendarme et l’autre dessinateur. Le film,  inspiré de l’histoire vraie de l’artiste et résistant antifranquiste Josep Bartoli, a séduit la presse qui a fait l’éloge de «sa poésie visuelle» et sa sobriété. 
Enfin, «Les Césars à Alger» reprogramme le long-métrage La fille au bracelet de Stéphane Demoustier, César de la meilleure adaptation puisqu’il est inspiré du film argentin  Acusada (2019), racontant le procès tumultueux d’une adolescente sans histoire accusée de l’assassinat de sa meilleure amie. 
Côté documentaire, le film Adolescentes de Sébastien Lifshitz sera également de la partie ; le film suit pendant cinq ans l’amitié de deux amies inséparables, Emma et Anaïs, que tout oppose pourtant.  
Sarah H.

 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-06-2021

Poursuivis pour corruption
Dix-neuf anciens ministres en attente de jugement

La série des procès impliquant des membres des gouvernements ayant servi durant l’époque de Abdelaziz Bouteflika est loin d’être achevée. Dix-huit anciens ministres sont actuellement en attente de jugement. La liste est longue, très longue même puisque chacun de ces ex-ministres

2

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

3

Périscoop 11:00 | 10-06-2021

Les mises en demeure à l’encontre de Haddad

4

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 13-06-2021

Bengrina au-dessus des lois ?

5