Voir Tous
Rubrique
Culture

Mostra de Venise 2021 Triomphe aux dames !

Publié par Sarah Haidar
le 15.09.2021 , 11h00
78 lectures

La 78e édition de la Mostra de Venise s’est achevée le 11 septembre passé sur un triomphe féminin. Le sacre de cette année est revenu à Audrey Diwan pour son film  L’événement adapté du roman éponyme d’Annie Ernaux.
Près de 80 ans après sa naissance, le Festival international du film de Venise rejoint le cortège des manifestations prestigieuses qui semblent avoir pris conscience de la discrimination sexiste ayant longtemps régné sur le monde du 7e art. Six mois après l’oscar du meilleur film attribué à Chloé Zaho pour Nomadland et trois mois après la Palme d’Or raflée par Julia Ducournau au festival de Cannes pour Titane, la Mostra offre le Lion d’Or à Audrey Diwan. 
Adapté du roman éponyme d’Annie Ernaux, L’enlèvement a été salué par la critique pour sa maîtrise dramaturgique et son style épuré, d’autant plus remarquables qu’il s’empare d’une question toujours d’actualité : le droit à l’avortement. Le film, comme le roman, raconte le parcours tumultueux d’Anne, étudiante dynamique qui ne souhaite pas garder son fœtus. Mais nous sommes dans la France de 1963, l’Interruption volontaire de grossesse est interdite, voire criminalisée. La jeune fille doit alors s’insinuer au cœur de l’illégalité pour se débarrasser de cette grossesse indésirable alors que ses examens approchent et que son ventre s’arrondit. 
Audrey Diwan n’est pas la seule à s’attirer les grâces du jury présidé par le réalisateur sud-coréen Bong Joon-Ho. Jane Campion, qui n’est autre que la première et l’une des seules femmes à avoir décroché la palme d’Or (pour La leçon de piano en 1993), remporte le Lion d’argent pour son film Le pouvoir du chien. 
Cette 78e Mostra de Venise ne s’arrête pas là puisque le prix du meilleur scénario revient également à une femme : Maggie Gillenhall pour The lost daughter. 
À noter que le palmarès compte également Pénélope Cruz en tant que meilleure actrice pour son rôle dans le film Madres Paralelas  de Pedro Almodovar, tandis que le prix du meilleur acteur revient à John Arcilla pour sa prestation dans Missing 8 d’Erik Matti. Enfin, le prix spécial du jury est décerné au long-métrage Il Bucco de Michelangelo Frammartino. 
Pour rappel, la cinéaste Audrey Diwan dont la distinction a créé la surprise à la Mostra, en  est à son deuxième film. En 2019, elle signe un premier long-métrage intitulé Mais vous êtes fous !, projeté l’an dernier à l’Institut français d’Alger. 
Née en 1980, la réalisatrice entame d’abord une carrière littéraire après des études en journalisme et sciences politiques. Elle publie son premier roman La fabrication d’un mensonge en 2008, puis plonge dans l’écriture scénaristique et collabore avec son compagnon réalisateur Cédric Jimenez, avant de passer enfin derrière la caméra.
S. H.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 26-09-2021

L’université face à ses véritables défis

Force est de reconnaître que l’université algérienne ne laisse pas indifférent. Nombre de fois décriée, mais souvent louée, elle fait face à une kyrielle de défis qui contrastent dans le même temps avec autant

2

Actualités 11:00 | 22-09-2021

La Hausse des prix du gaz met à mal l’Espagne
Quel impact sur la Sonatrach ?

La crise du gaz s’installe. Un chiffre d’abord. Le taux de remplissage des stocks de gaz en Europe atteint en ce moment les 71%, contre 86 % en moyenne et en temps normal à cette époque de l’année. Et si l’on doit se fier aux toutes dernières informations, pour les pays de l’Union européenne, en France et en Espagne notamment, ainsi qu’au Royaume-Uni, c’est carrément