Voir Tous
Rubrique
Flash

Décès Rabah Driassa n'est plus

Publié par LSA
le 08.10.2021 , 10h55
2102 lectures

Le grand artiste, peintre, chanteur, parolier et compositeur, Rabah Driassa, est décédé, aujourd’hui vendredi,  à l’âge de 87 ans, laissant derrière lui une grande et riche carrière artistique aussi bien dans le domaine musicale que picturale.

 Né le 19 août 1934 à Blida, le défunt à commencé sa carrière artistique au début des années 1950 notamment dans la miniature picturale avant de se faire connaitre, à travers sa belle voix, dans le monde de la chanson. C’est le chant bédouin qui va l’intéresser le plus et plus particulièrement le Ay Ay qu’il reproduira merveilleusement.

Les grands poèmes du terroir ne seront plus un secret pour lui en s’attaquant aux grandes œuvres lyriques à l’image de la chanson Ras Bnadem ( le crâne de l’homme) qu’il interpréta avec talent jusqu’à voler la vedette à celui qui l’a fait connaitre pour la première fois, si ce n’est le chanteur bédouin El Bar Ammar.

Rabah Driassa ne se limitera pas à l’interprétation du patrimoine musical mais va chanter ses propres chansons, lesquelles deviendront des tubes connus et reconnus mondialement, à l’image de El Warda (la rose), El Momaridha (l’infirmière), Yahyaw wled bladi (que vivent les enfants de mon pays), pour ne citer que ceux-là.

                                                       MB

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 23-10-2021

Généralisation de l’arabe dans les administrations
Un autre ministère interdit l’usage du français

La généralisation de la langue arabe constitue visiblement la priorité de certains secteurs d’activité. Après le ministère de la Jeunesse et des Sports, c’est au tour de celui

2

Contribution 11:00 | 25-10-2021

Réflexions sur l’enseignement des mathématiques en Algérie

Depuis la naissance des mathématiques en Grèce antique, on n’a pas cessé de les caricaturer en disant que tous ceux qui n’ont pas de répulsion pour elles sont voués aux belles carrières professionnelles. Rien n’est plus faux, si