Le Soir Auto / Le Soir Auto

Salon de Munich IAA 2021

Cap sur les nouvelles solutions de mobilité

Le grand rendez-vous automobile de cet automne a finalement tenu toutes ses promesses. Il a su pallier l’annulation des principales manifestations en raison de la pandémie qui a paralysé le monde entier. 
Organisé précédemment à Francfort, le Salon allemand IAA a déménagé dans la capitale bavaroise, fief de BMW. Ainsi, cette première édition, qui s’est déroulée au début de ce mois de septembre, a vu la participation de plusieurs constructeurs internationaux (Audi, BMW, Dacia, Mercedes, Hyundai, Porsche, Renault, Toyota ou encore Volkswagen…), mais aussi l’absence de plusieurs autres, comme c’est de coutume au cours de ces dernières années (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Ferrari, Lamborghini, McLaren, etc). Entièrement consacré aux nouvelles tendances de la mobilité éco-responsable et aux différentes solutions contemporaines et futures en matière de déplacement, ce nouveau rendez-vous de l’automobile s’est voulu surtout un écrin où les marques ont exposé leurs dernières innovations dans le domaine du véhicule électrique, des technologies récentes liées à la sécurité et aux aides à la conduite, des carburants propres… Nous vous présentons ci-après quelques nouveautés qui ont été dévoilées tout au long de ce IAA 2021.
B. B.

BMW i4
Un an après sa révélation sous la forme d’un concept-car, la première berline 100% électrique de l’hélice bleue se concrétise en série. Tout a commencé en 2012, lorsque le constructeur allemand a pris une sacrée longueur d’avance sur la concurrence en développant sa citadine i3  sur une plate-forme dédiée exclusivement à l’électrique. Et puis plus rien durant les huit années qui s’ensuivirent, avant le lancement du premier SUV électrique de la marque, nommé iX3. 
Un modèle lancé fin 2020 qui, malheureusement, s’est contenté d’adapter une chaîne de traction électrique au soubassement thermique du BMW X3. En 2021, rebelote avec l’arrivée de l’i4, convertie à l’électricité.
Cette BMW i4 reprend la quasi-intégralité du look de la Série 4 Coupé, en attendant son alter ego baptisé Gran Coupé, prévu  pour les prochains mois. Pourtant, à l’exception du capot, des optiques avant et arrière et de la malle, tous les éléments de la carrosserie lui sont spécifiques. Même les portières, qui troquent leurs poignées classiques contre des appendices affleurants, au profit de l’aérodynamisme.

Microlino
Six ans après la présentation du premier concept, Micro Mobility Systems semble enfin sur le point de sortir sa première voiture électrique. Placée dans le segment des petites citadines, cette petite biplace 100 % électrique a été révélée dans sa version 2.0 au Salon IAA de Munich.
Plus puissante que la première version, la Microlino 2.0 développe jusqu’à 19 kW et 118 Nm de couple. (L7e), elle n’excède pas 90 km/h de vitesse maximale.
Sorte d'Izetta des temps modernes, la Microlino dispose d’un poids mesuré de 450 kg, qui lui permet d'atteindre les 90 km/h, suffisants pour pouvoir rouler sur les voies rapides. Elle est aussi répertoriée dans la catégorie des quadricycles lourds.
Du côté de la batterie, le pack lithium-ion se décline en trois capacités : 6, 10,5 ou 14 kWh. Les autonomies sont respectivement annoncées à 95, 175 et 230 km.

Cupra Born
Cupra Born, la première sportive 100% électrique de la marque espagnole.
Développée via la plateforme MEB du groupe Volkswagen, la nouvelle Cupra Born présente trois types de batteries à 45, 58 et 77 kWh.
Le moteur électrique, placé sur l’essieu arrière, offre trois niveaux de puissance à 150 ch (110 kW), 204 ch (150 kW) et 231 ch (170 kW) avec le pack e-Boost. Question autonomie, la sportive espagnole peut parcourir des distances s’étalant sur 340 km (batterie de 58 kWh), 420 km (58 kWh) et 500 km(77 kWh).
Côté carrosserie, la Cupra Born reprend les codes stylistiques entrevus d’abord avec le concept-car El Born présenté au Salon de Genève 2018. Un caractère sportif confirmé par ses lignes fluides, une calandre, des optiques LED et roues de 20 pouces.
Sièges baquets, affichage tête haute, nouveau volant multifonctions avec boutons de sélection du mode de conduite,  la nouvelle Cupra électrique affiche un look résolument sportif dans son habitacle.
 Le Dynamic Chassis Control, la direction progressive, le mode ESC Sport du contrôle de stabilité et le système de freinage viennent s’ajouter à la palette d’options de la bombinette zéro émission.

Dacia Jogger
Dacia a présenté le Jogger, son nouveau véhicule familial, entre break et SUV, pouvant accueillir jusqu’à 7 personnes.
C’est le successeur de ses Lodgy et Logan MCV. Il s’agit d’un véhicule familial croisé entre le break et le SUV d’une capacité maximale de 7 places.
À la différence de ses prédécesseurs, le Jogger se veut plus haut sur pattes. Sa face avant reprend la signature lumineuse en Y déjà vue sur les Duster et Sandero. La partie arrière est inspirée du Lodgy avec des feux en coin remontant autour de la lunette arrière. S’appuiant sur la plateforme CMF-B utilisée pour les Sandero, Duster ainsi que les Renault Clio et Captur, le nouveau Dacia Jogger adopte une motorisation essence TCe 110, mais aussi le bloc bicarburant essence-GPL ECO-G avant l’arrivée, en 2023, d’une motorisation hybride.
Long de 4,55 m, le Jogger offre naturellement un fameux espace à bord. Sur la version 7 places, bien que deux sièges viennent s’ajouter au troisième rang, les dimensions de l’habitacle restent inchangées pour un volume de coffre réduit à 160 litres, contre 708 en version 5 places. Pour ce qui est du tableau de bord, il pourra bientôt accueillir une finition en tissu à la place des plastiques durs. En entrée de gamme, pas d’écran central mais une station d’accueil pour smartphone et un écran de 3,5 pouces dans le combiné d’instruments.

Nouvelle Renault Mégane
Si ces dernières années les voitures ont eu tendance à grandir un peu, beaucoup…exagérément, cette nouvelle Mégane électrique prend le chemin inverse. En effet, elle s’avère nettement plus compacte que sa sœur thermique (4,36 m de long) qui va, pour l’instant, poursuivre sa carrière à ses côtés. 12 cm les séparent et cette valeur, c’est aussi le faible écart entre la Mégane électrique et sa petite sœur Zoe (4,09m). Bref, avec 4,21 m de long, la compacte wattée du losange n’est pas une grosse voiture, même si le ratio carrosserie/vitrage laisse penser le contraire. Renault affirme qu’il n’était pas nécessaire de concevoir un gros morceau et que, côté habitabilité, sa Mégane branchée fait aussi bien que les VW Golf et compagnie qui tournent plutôt autour des 4,35 m de long. En effet, avec le bénéfice de son empattement long (2,69 m), permis par sa plateforme spécifique (batteries dans le plancher), la Mégane revendique un espace à bord équivalent. C’est sans surprise que cette Mégane électrique accueille avec égards ses hôtes aux places avant et leur en met plein les yeux avec une planche de bord spectaculaire.

Les Chinois en force
Le Salon IAA  Mobility  de Munich voit actuellement l’arrivée en masse de constructeurs automobiles chinois. Ora, jeune marque spécialisée dans l’électrique, a dévoilé les Cat 02 et 03, deux citadines à la bouille sympathique et plutôt bien finies.
Ce premier salon de l’après-Covid montre une fois de plus les enjeux de l'électrification. C’est ainsi que la plupart des constructeurs présents ont dévoilé des modèles 100 % électriques ou hybrides rechargeables.
Cette électrification, contrainte et forcée pour certains acteurs, fait en revanche la joie des Chinois qui n’ont jamais été aussi nombreux à jouer les premiers rôles dans le domaine de l’électrique. Qu’il est loin le temps où la Landwind, clone de feu l’Opel Frontera et signé du chinois Jiangling, échouait aux tests d’homologation menés par l’ADAC, l’organisme allemand de certification. Depuis, les constructeurs chinois ont retenu la leçon et, surtout, ont beaucoup appris de leurs homologues étrangers venus s’installer dans l'empire du Milieu. Ajoutez à cela une expertise dans l’électrification, et voilà la Chine parée pour attaquer, sans complexe, tous les marchés mondiaux. Après Aiways, Lynk&Co, DFSK, et dans une autre mesure MG Motors, voici Ora.
Créé il y a à peine cinq ans par le géant Great Wall Motors (GWM), Ora s’est hissé rapidement à la troisième place sur le marché des véhicules électriques, nous explique l’un des responsables de la marque rencontré pendant le Salon. 
Great Wall Motors, plus gros constructeur de SUV en Chine, possède en effet les marques Haval, Wey et Ora.
Ora propose déjà cinq modèles en Chine, mais tel ne sera pas le cas pour ses débuts internationaux. Le constructeur présentait sur son stand uniquement deux modèles, plus un concept. Les Ora Cat 02 et 03 sont des citadines compactes cinq portes, 100 % électriques au design néo-rétro futuriste.

Mercedes-Maybach EQS
Annoncé il y a quelques semaines par Mercedes, le concept de SUV électrique très haut de gamme signé Maybach se montre au grand jour au Salon de Munich. Le moins que l'on puisse dire, c'est que son style ne laissera pas indifférent. On retrouve les gimmicks esthétiques incontournables des modèles Maybach à l'image de la calandre gigantesque aux lamelles verticales, des jantes démesurées de 24" avec une section centrale plane, du chrome à profusion ou une finition bicolore avec, pour démarcation, du... chrome, bien évidemment. Tout dans ce concept EQS respire l'opulence. Pareil à bord où tout n'est que matières précieuses, formes douces, couleurs claires, une véritable invitation au voyage.
Il y aura une version Maybach qui viendra compléter la gamme déjà existante (Classe S et GLS) à une date encore inconnue. Mais, avant cela, dès l'année prochaine, l'EQS SUV (le constructeur à l'Étoile a mis fin au suspense concernant son appellation) rejoindra la gamme régulière de Mercedes. Si ses caractéristiques techniques ne sont pas explicitées dans le communiqué de presse, la marque allemande annonce déjà une autonomie de 600 km sur le cycle WLTP. Sa grosse batterie affiche une capacité utile de 107,8 kWh et tout ou partie des trois variantes de 245 kW, 385 kW et 560 kW (soit respectivement environ 333 ch, 523 ch et 761 ch).