Voir Tous
Rubrique
Le Soir Auto

Vitrine technologique De nouveaux défis pour le Salon de Genève

Publié par Belkacem Bellil
le 06.10.2021 , 11h00
98 lectures

Après une absence de deux années et de persistantes hésitations, le Salon de Genève se déroulera finalement à la fin du mois de février 2022. Une édition qui s’annonce déjà moins éclatante que les précédentes, en raison notamment de l’absence d’un grand nombre de constructeurs qui ont décidé de ne pas faire le déplacement à la capitale suisse.
Pour l’heure, les organisateurs confirment la participation du groupe Volkswagen, de Kia et de Renault, mais il est prévu que ces derniers soient rejoints par d’autres marques tout aussi prestigieuses. En parallèle, un véritable effort de sensibilisation est mené actuellement pour convaincre ceux qui hésitent encore.
On apprend néanmoins que du côté des équipementiers, la présence, actée, des acteurs les plus influents dans le domaine permettra de compenser la défaillance de plusieurs marques automobiles. 
Il est même annoncé la présentation de plusieurs innovations technologiques en première mondiale et des concepts qui ne manqueront pas de bouleverser encore plus la mobilité.
S’il est vrai que Genève a toujours été une vitrine de nouveautés de tout ordre, il demeure, toutefois, qu’avec la reprise de l’activité économique mondiale, de nouveaux pôles technologiques font leur apparition et s’imposent comme des rendez-vous recherchés par les professionnels. C’est le cas notamment de l’IAA de Munich et du Salon de Pékin qui, dans leur dernière édition, confirment cette tendance et risquent, à terme, de faire de l’ombre à Genève. 
Une multitude de découvertes y ont été, en effet, présentées avec des évolutions importantes pour la sécurité active et passive des véhicules. L’interconnexion entre voiture et informatique est de plus en plus présente et la conduite autonome s’affermit et s’améliore au fil des innovations.
C’est dire que la barre est désormais placée trop haut et que le Salon de Genève est désormais en face de nouveaux défis pour pouvoir préserver son statut de vitrine technologique.
Rappelons que son annulation à quelques heures de son ouverture en 2020, à cause de la forte poussée de la pandémie de Covid-19, a laissé des traces sur les dizaines de participants qui étaient fin prêts pour accueillir les visiteurs, mais surpris de devoir plier bagages et repartir bredouilles avec de lourdes pertes financières.
Espérons que l’édition prochaine, (du 19 au 27 février 2022) permettra au Salon de Genève de retrouver son lustre d’antan.
B. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 23-10-2021

Généralisation de l’arabe dans les administrations
Un autre ministère interdit l’usage du français

La généralisation de la langue arabe constitue visiblement la priorité de certains secteurs d’activité. Après le ministère de la Jeunesse et des Sports, c’est au tour de celui

2

Contribution 11:00 | 25-10-2021

Réflexions sur l’enseignement des mathématiques en Algérie

Depuis la naissance des mathématiques en Grèce antique, on n’a pas cessé de les caricaturer en disant que tous ceux qui n’ont pas de répulsion pour elles sont voués aux belles carrières professionnelles. Rien n’est plus faux, si