Rubrique
Le Soirmagazine

Enquête-Témoignages Avez-vous le goût de la lecture ?

Publié par Soraya Naili
le 29.06.2019 , 11h00
456 lectures

Se plonger dans la lecture d’un roman, d’un magazine ou d’un recueil de nouvelles, où que l’on soit : dans les transports en commun, dans un jardin ou sur la plage, est une image de plus en plus rare dans notre société.
 Les librairies sont désertées et les rares bibliothèques qui existent encore prennent la poussière. L’Algérien a-t-il perdu le goût de la lecture ? Les livres sont-ils relégués au placard, éclipsés par les téléphones portables et autres gadgets électroniques. Les parents préfèrent-ils offrir des tablettes 
et des play-stations à leurs enfants ? Témoignages.

Fayçal, 55 ans
«J’appartiens à une génération qui lisait beaucoup. Les bibliothèques communales existaient alors. L’école fournissait aussi des livres. On empruntait des ouvrages de la bibliothèque rose, rouge et verte. Le livre était roi. Les distractions manquaient, alors nous passions nos vacances et nos week-ends à dévorer des romans. Ce virus me colle encore à la peau. A 55 ans, je continue à fréquenter les librairies, à m’intéresser aux nouveautés et à acheter des ouvrages. J’ai essayé d’inculquer le plaisir de la lecture à mes enfants, mais sans succès. Je me souviens que pour le 8e anniversaire de mon fils, je lui avais offert des livres. En ouvrant le paquet, j’ai vu qu’il était déçu. Je pense qu’il aurait préféré une console de jeux, un téléphone portable ou n’importe quel autre joujou électronique. D’autres personnes pensent que lire un livre est une perte de temps. Je veux juste leur rappeler cette célèbre citation de Montesquieu : «Je n’ai pas eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé.»

Yasmine, 45 ans
«La lecture fait partie de ma vie. J’ai toujours un livre de chevet. Et, dans les moments d’attente chez le dentiste ou lors d’un déplacement en train ou en métro, je sors mon livre de mon sac pour lire. Ce qui est drôle, c’est de voir les regards curieux des gens autour de moi. On doit me prendre carrément pour une extraterrestre car je suis la seule à bouquiner. Les autres lisent aussi, mais en faisant défiler le fil d’actualité sur leur téléphone portable. Mes deux enfants sont heureusement férus de lecture. Je leur ai mis des livres entre leurs mains dès leur plus jeune âge. Petits, je leur lisais des petites histoires. Je pense que le plaisir de lire s’acquiert durant l’enfance. Je vois bien par exemple que leurs petits cousins n’aiment pas les livres. 
Ce n’est pas de leur faute. Leurs parents ne les ont pas habitués à cela. A l’ère d’internet et des réseaux sociaux, on préfère laisser ses enfants devant une tablette ou un ordinateur pour avoir la paix.  C’est aux adultes de leur mettre les pieds à l’étrier. La lecture distrait. Elle enrichit, détend et ouvre des horizons infinis.»

Mohand, 59 ans
«Quand j’étais petit, les livres manquaient. Ils étaient chers et nos parents ne pouvaient nous en offrir. Plus tard, lorsqu’on avait la chance d’avoir un roman entre les mains, on se le passait entre  copains. Cela concernait aussi les journaux et les magazines. Nous n’avions pas les moyens d’en acheter, alors nous les lisions à tour de rôle. 
Aujourd’hui, il y a des livres partout, mais presque personne ne lit. A mon âge, je continue à lire sur tous les supports. Même sur internet. 
Mais je remarque avec regret que mes petits-enfants ne sont pas férus de lecture. Ils préfèrent les jeux sur internet. 
Voilà, c’est le revers du progrès. C’est bien dommage. Malgré la perte d’intérêt pour la lecture, je fais de la résistance en continuant à offrir des livres à mes petits-enfants. Je les incite à les lire et nous en discutons ensuite. Toutefois, le tableau n’est pas tout à fait noir. Il m’arrive de croiser, dans les librairies, des jeunes qui achètent des romans. Ça fait toujours plaisir.»
Rien ne remplacera la lecture. Voyager, chasser le stress, apprendre, se distraire, tromper l’ennui et la solitude, des promesses de bonheur que seuls les livres peuvent offrir. «Offrez des livres ! Ils s’ouvrent comme des boîtes de chocolat et se referment comme des coffrets à bijoux» dixit Bernard Pivot.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 13-01-2020

Nouvelles dispositions fiscales pour 2020
La Direction générale des impôts s’explique

Dos au mur, en raison de fortes pressions budgétaires, les pouvoirs publics ont dû, cette année encore, pousser un peu plus leur «ingéniosité» pour engranger des ressources, allant jusqu’à frôler

2

Femme Magazine 11:00 | 13-01-2020

Recette
Tarte au thon

Faire une pâte à tarte (brisée ou feuilletée) et foncer un plat beurré. Couvrir le fond de la pâte d'une couche de moutarde, puis de thon. Recouvrir le tout de gruyère râpé. Couper les tomates en rondelles et