Voir Tous
Rubrique
Monde

Élection présidentielle en Syrie le 26 mai Bachar Al Assad pour un 4e mandat

Publié par Agence
le 19.04.2021 , 12h00
104 lectures

L'élection présidentielle en Syrie se tiendra le 26 mai, a annoncé hier  le Parlement. 
Ce sera le deuxième scrutin du genre depuis le début de la guerre qui a ravagé le pays, dirigé depuis deux décennies par Bachar Al-Assad. 
Âgé de 55 ans, il avait accédé au pouvoir en l'an 2000, après la mort de son père Hafez Al-Assad. 
Réélu en 2007 puis en 2014 pour un septennat, Bachar Al-Assad devrait sans difficulté remporter un quatrième mandat. 
Dès ce lundi, les candidatures pourront être déposées devant la Haute Cour constitutionnelle, et ce, pendant dix jours, a-t-il précisé. Pour entrer dans la course, les candidats doivent obtenir la signature de 35 députés selon la loi électorale. 
En 2014, M. Assad avait remporté le scrutin avec plus de 88% des voix. Ses deux seuls concurrents étaient des inconnus largement considérés comme des faire-valoir. Ces dernières années, grâce au soutien militaire de Moscou et de Téhéran, le pouvoir de Bachar Al-Assad a enchaîné les victoires face aux rebelles affaiblis. À la mi-mars, cinq puissances occidentales avaient fustigé la tenue d'un scrutin présidentiel en Syrie, pronostiquant qu'il ne serait «ni libre ni juste». 
La guerre a fait plus de 388 000 morts et jeté des millions de personnes sur la route de l'exode, réfugiées à l'étranger ou déplacées dans des camps miséreux en Syrie.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 04-05-2021

Le football, c’est la guerre sans le fusil

​Le football est le jeu qui mobilise le plus. À ce jour, aucun autre sport ne peut lui contester son hégémonie, qu’il s’agisse de spectacles ou de pratiques. Il est dans toutes les discussions de ses fans

2

Actualités 11:00 | 04-05-2021

Oxygène Médicinal
La ressource qui a failli échapper à l’Algérie

L’Algérie dispose de capacités de production d’oxygène médicinal suffisantes pour faire face à une nouvelle vague importante de Covid-19. Mais la vente, en 2007, de 66% du capital de l’ex-Entreprise nationale des gaz industriels a placé le groupe allemand Linde Gas dans une position de monopole qui aurait pu être fatale pour le pays.