Voir Tous
Rubrique
Monde

Les pétromonarchies face à un nouvel ordre régional

Publié par Brahim Taouchichet
le 15.09.2021 , 11h00
688 lectures

Ne jamais sous-estimer plus petit que soi en apparence. C’est le cas pour le Qatar contre lequel se sont ligués des pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe). C’est le cas du Yémen contre lequel une coalition, forte de plusieurs millions de barils de pétrole par jour, s’est mise dans l’idée de le détruire ou du moins le ramener à la raison et rentrer dans les rangs, au garde à vous, le salut militaire de mise. Mais le Qatar a fait preuve de résistance qui s‘est avérée payante, puisque ses ennemis ont fini par demander grâce. Sorti victorieux d’un challenge qu’il ne recherchait nullement, le minuscule Émirat gazier (plus petit que la province saoudienne de Médine) s’est même permis le luxe de s’allier aux pires ennemis des Wahhabites (et de l’État sioniste d’Israël), l’Iran chiite. Il n’empêche, les accolades et les «bousbous», si particuliers (nez contre nez) dans ces contrées, reprennent leur droit de cité. 
L’Émir du Qatar a raison de bomber le torse, d’autant qu’en politique étrangère, il vient de contribuer au tour de force historique à mettre fin à la guerre américano-talibane. Et cela a de quoi encourager les Yéménites-Houtis à se radicaliser encore plus dans la guerre qui leur est imposée depuis maintenant sept ans. Enhardis, ils rejettent toutes les offres de paix à l’initiative des Saoudiens. Et pour enfoncer le clou, ils affichent ouvertement leur entente stratégique avec ce même Iran des ayatollahs. 
Quant au régime détestable de Bechar El Assad, il aura survécu au coup de poignard reçu dans le dos de ses frères arabes. Exclue injustement de la Ligue arabe, la Syrie retrouve sa place, ici la diplomatie algérienne aura fait le forcing pour ce faire. Dans ce cas comme dans l’autre, c’est un échec cuisant pour la volonté hégémonique de la monarchie des Al Saoud. 
La dernière réunion de la Ligue, tenue au Caire, aura eu le mérite de réunir du beau monde en têtes couronnées et chefs d’États qui ne peuvent ignorer les désastres de leurs politiques dans cette très riche région moyen-orientale. Encore faut-il, pour eux, avoir le courage de l’admettre et de changer de fusil d’épaule. Les crimes commis contre les populations yéménites peuvent-ils rester impunis ? À tout le moins, ils relèvent du Tribunal pénal international (TPI). Le génocide commis est à inscrire dans le même registre des souffrances des Bosniaques victimes d’épurations ethniques. Doit-on pour autant considérer que les Saoudiens et leurs vassaux vont ravaler leurs instincts guerriers et fermer la porte aux hostilités en bons samaritains ? Quelles incidences sur la scène politique arabe dans le contexte des normalisations avec l’État sioniste ? La Ligue arabe a échoué dans son rôle de médiateur dans les conflits inter-arabes. Quel avenir pour cette organisation, laquelle, à l’évidence, ne sert vraiment à rien. Le prochain sommet d’Alger ne pourra passer sous silence cette question et bien d’autres.
Brahim Taouchichet

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 26-09-2021

L’université face à ses véritables défis

Force est de reconnaître que l’université algérienne ne laisse pas indifférent. Nombre de fois décriée, mais souvent louée, elle fait face à une kyrielle de défis qui contrastent dans le même temps avec autant

2

Actualités 11:00 | 22-09-2021

La Hausse des prix du gaz met à mal l’Espagne
Quel impact sur la Sonatrach ?

La crise du gaz s’installe. Un chiffre d’abord. Le taux de remplissage des stocks de gaz en Europe atteint en ce moment les 71%, contre 86 % en moyenne et en temps normal à cette époque de l’année. Et si l’on doit se fier aux toutes dernières informations, pour les pays de l’Union européenne, en France et en Espagne notamment, ainsi qu’au Royaume-Uni, c’est carrément