Voir Tous
Rubrique
Pousse avec eux

C’est tout de même pas la mer à boire !

Publié par Hakim Laâlam
le 09.05.2021 , 11h00
2473 lectures

Pétition pour pétition, mieux avoir son nom à côté de celui de Djamila Boupacha que collé à celui de…

… Mourad Dhina !

« Les réserves d’eau sont suffisantes jusqu’à l’automne prochain, et il n’y aura pas de restrictions .» Je pensais ne plus entendre ce genre d’arguments sortir de la bouche des gérants de nos robinets. D’abord, parce que c’est faux ! J’habite en Algérie. En permanence. Et dans ma commune, au jour d’aujourd’hui, il y a des restrictions. Je peux fournir à Monsieur le Ministre Mihoubi mon adresse et mon numéro d’abonné. Mais mon compteur n’est pas le sujet. Le sujet, c’est le fait même que cette phrase puisse encore être prononcée qui me gêne terriblement. La politique de l’eau, c’est quelque chose de compliqué, d’accord, mais il ne s’agit pas de calculer la trajectoire d’un véhicule tout terrain sur Mars, la qualité des vidéos que sa caméra embarquée nous fait parvenir ou la bonne équation pour permettre à un petit hélicoptère de prendre son envol de la planète Rouge ! Non ! La sentence victorieuse de ce ministre a la même tonalité désastreuse que ces gestes de tous les ministres de l’Énergie qui se sont succédé depuis l’indépendance et qui sont tout contents, voire guillerets à l’idée de venir lever, devant journalistes et population ébaubis, une manette d’alimentation électrique ou de gaz. Qu’est-ce qu’on attend de citoyennes et de citoyens à qui l’on annonce qu’il y aura de l’eau d’ici l’automne ? Qu’ils se prosternent par terre, front contre crotte de bique et qu’ils remercient les mannes du ciel ? Qu’ils aillent en procession jusqu’à la place du village pour y sacrifier un veau gras ? Est-ce que mes parents, vos parents se sont sacrifiés à sortir Fafa pour que nous, leurs enfants nous soyons cycliquement gavés de ce genre de promesses ? Je vis en Dézédie, pas sur Mars. Et à ce rythme ahurissant de non-gouvernance, j’ai l’impression que Providence trouvera des nappes d’eau avant que cette question ne soit définitivement réglée sur terre algérienne ! Entre le ministre de la religion qui annonce en marronnier une prière de l’« Istiska » et son collègue de l’eau qui fait des pronostics Bet-Clic sur nos réserves de flotte, il est possible de mesurer la distance qui nous sépare de la normalité. Et si nous n’arrivons pas à la calculer nous-mêmes, peut-être faudra-t-il là aussi se résoudre à demander ce « petit service » aux ingénieurs de la Nasa ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 14-06-2021

Être proche… à distance

L’enseignement à distance n’a jamais été une tradition de l’université algérienne, bien qu’il ait toujours été une préoccupation d’importance dans les plans et les stratégies du ministère en charge de

2

Actualités 11:00 | 12-06-2021

Poursuivis pour corruption
Dix-neuf anciens ministres en attente de jugement

La série des procès impliquant des membres des gouvernements ayant servi durant l’époque de Abdelaziz Bouteflika est loin d’être achevée. Dix-huit anciens ministres sont actuellement en attente de jugement. La liste est longue, très longue même puisque chacun de ces ex-ministres

3

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 13-06-2021

Bengrina au-dessus des lois ?

4
5

Soit dit en passant 11:00 | 14-06-2021

Il assimilait le viol à un acte sexuel !