Voir Tous
Rubrique
Pousse avec eux

Le patriotisme hydrique !

Publié par Hakim Laâlam
le 25.11.2021 , 11h00
2434 lectures

Foot ! L’arrivée de Bounedjah à Barcelone serait imminente selon le très informé site spécialisé…

… Booking.com !

L’État autorise la réouverture des salles d’ablutions dans les mosquées. Une bonne nouvelle. C’est une sacrée bonne nouvelle pour les croyants. Non ! C’est vrai ! Il ne faut pas être sectaire et nier le fait que c’est important que les salles d’ablutions rouvrent leurs robinets. Bon ! Perso, ça me pose tout de même un problème. Un… sacré problème. J’ai tellement de péchés qui me collent à la peau, de choses à me faire pardonner que j’ai dans l’idée qu’il me faudrait un barrage entier, voire deux pour laver tous mes péchés ! Alors, dilemme ! Dois-je contribuer à accroître le stress hydrique actuel ? Vais-je gaspiller autant d’eau alors qu’elle serait tellement plus utile à mes chers compatriotes ? Suis-je décemment autorisé à creuser encore le déficit en approvisionnement régulier des foyers en eau ? Je vous avais prévenus ! Je suis taraudé, la gorge sèche, face à ces questions. En un mot comme en cent, dois-je me faire complice des robinets à sec ? J’ai réfléchi à cette problématique. Longtemps. Très longtemps. Face à un verre à moitié plein. Ou à moitié vide selon la soif, si vous préférez. Et j’en suis sorti avec une certitude. Non ! Je préfère céder ma part d’ablutions ! Quitte à rester comme ça, enduit de péchés, badigeonnés au goudron et saupoudrés de plumes. De ma plume. Oui ! Je vais faire œuvre de patriotisme hydrique et passer mon tour dans la salle d’ablutions. Mes nuits seront alors tourmentées ? Mon sommeil perturbé et agité ? Ma conscience lourde et coupable ? Oui ! Et alors ? J’aurais au moins contribué à ma façon à garder raisonnable le niveau de nos barrages. Je n’aurais pas participé à les vider. Et le jour du « départ », du dernier voyage, si mon âme consent à s’élever vers les cieux, si elle trouve enfin ce chemin que l’on me décrit comme céleste, si elle arrive à vaincre les pesanteurs terrestres, alors, dans mon état vachement crade, je plaiderai de ce patriotisme pour expliquer mon âme crasse. Maintenant, si cette même âme est réorientée vers les abysses de l’enfer, quelque chose me dit que là-bas, les ablutions se font avec un tas d’autres liquides, mais sûrement pas avec de l’eau. Ajoutez à cela cet autre grand avantage notable : dans les sous-sols de Bliss, on permet aux pécheurs comme moi de fumer du thé pour rester éveillés à leur cauchemar qui continue.
H. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 07-12-2021

Enseignement post-Covid-19 : les clés du changement

La pandémie de coronavirus, qui a frappé l'humanité au début de 2020, a changé notre monde, affecté tous les domaines de la vie humaine, y compris l'éducation, et conduit, de plus, à l'adoption généralisée de mesures sans précédent. Les établissements

2

Périscoop 11:00 | 05-12-2021

Pas un mot de français

Les organisateurs de la conférence nationale sur la relance de l’industrie ont tout simplement évité l’usage du français. Les documents distribués à l’occasion de l’ouverture