Voir Tous
Rubrique
Régions

Bouira Des villageois de Lakhdaria réclament un plan de développement pour leur douar

Publié par Yazid Yahiaoui
le 13.10.2021 , 11h00
94 lectures

Plusieurs dizaines de citoyens venus de Lakhdaria, à 40 kilomètres au nord-ouest de Bouira, et qui avaient fui durant la décennie noire leur village, le douar Sidi-Abdelaziz, situé à l’entrée sud-est de la ville de Lakhdaria, se sont rassemblés hier devant le siège de la wilaya pour interpeler le wali sur la situation de leur village.
Selon des villageois que nous avons rencontrés hier sur les lieux, pendant qu’une délégation était à l’intérieur pour voir le wali, plus d’une centaine de citoyens qui habitaient dans ce douar qui s’étend sur plusieurs hectares, et qui ont dû fuir au début du terrorisme, étaient là pour réclamer des autorités la prise en charge de leur village qui manque aujourd’hui de tout et qui rend tout retour de leurs habitants, impossible.
Ainsi, selon ces villageois, et puisque les autorités nationales dont le président de la République, accordent une attention particulière aux zones d’ombre, ces régions qui ont été oubliées par les responsables locaux, le temps est venu pour que les responsables au niveau de la wilaya de Bouira se penchent sur ce village qui nécessite un véritable plan de développement pour que les citoyens qui l’avaient fui, le regagnent. Selon nos interlocuteurs, durant les années du terrorisme, le village qui était abandonné, avait subi une véritable razzia de la part de la mafia du cuivre qui a volé des centaines de mètres linéaires de fil électrique, ainsi que les câbles téléphoniques. Outre le problème d’électricité qui est posé, il y a également les routes qui sont totalement dégradées, ainsi que le réseau d’AEP qui nécessite une rénovation et de nouveaux forages à la lumière de ce qui se passe actuellement au niveau de la commune et la raréfaction de cette ressource après l’assèchement du barrage Koudiate-Acerdoune.
Pour les villageois qui rappellent que beaucoup vivent dans des conditions lamentables dans la ville de Lakhdaria, avec pour certains des habitations en zinc, à cause de leur pauvreté et leur incapacité à louer un appartement décent ; la réhabilitation du village de Sidi-Abdelaziz est devenue une urgence, mais auparavant, les autorités locales et de wilaya doivent penser à dégager un budget conséquent comme celui que dégageait le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, dans le cadre du PNDR, c’est-à-dire un plan de relance intégré dans lequel seront inclus les équipements publics comme les établissements scolaires des deux premiers paliers, primaire et collège, mais aussi, une antenne administrative, un bureau de Poste, une salle de soins, des stades et des aires de jeu, etc.
Rappelons que la wilaya de Bouira fait partie des premières à l’échelle nationale en terme du nombre de zones d’ombre prises en charge par les autorités de wilaya, avec plus de 500 zones d’ombres répertoriées et près de 900 projets réalisés.
Vers 15 heures, alors que les villageois étaient toujours à l’extérieur à attendre les réponses, les membres de la délégation qui étaient admis à l’intérieur de la wilaya pour être reçus par le wali, nous apprennent par téléphone, qu’ils attendent toujours leur tour.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 23-10-2021

Généralisation de l’arabe dans les administrations
Un autre ministère interdit l’usage du français

La généralisation de la langue arabe constitue visiblement la priorité de certains secteurs d’activité. Après le ministère de la Jeunesse et des Sports, c’est au tour de celui

2

Contribution 11:00 | 25-10-2021

Réflexions sur l’enseignement des mathématiques en Algérie

Depuis la naissance des mathématiques en Grèce antique, on n’a pas cessé de les caricaturer en disant que tous ceux qui n’ont pas de répulsion pour elles sont voués aux belles carrières professionnelles. Rien n’est plus faux, si