Voir Tous
Rubrique
Société

TLEMCEN Une destination touristique incontournable

Publié par B. Henine
le 30.03.2021 , 11h00
1622 lectures

À la faveur des vacances scolaires, la ville de Tlemcen a été prise d’assaut par les visiteurs en quête de détente. 
Les familles ont donc profité des belles journées ensoleillées et investi les sites archéologiques et les magasins de luxe que recèle la capitale des Zianides et qui constituent une halte indispensable pour le visiteur. 
En effet, de toutes les wilayas du pays, des touristes, des familles, des enfants scolarisés, des jeunes, en excursion, en visites guidées, ou en voyage privé, sont venus de Constantine, Annaba, Sétif, Tébessa, Ouargla, Blida, à la découverte du sanctuaire de Mansourah, El-Mechouar, le plateau de Lala-Setti, les grottes féeriques de Beni-Add à Aïn-Fezza, le parc zoologique. 
Mansourah du mot victoire (signifie victorieuse) est un site fondé par le sultan mérinide Abou-Yacoub Yousouf et ne subsiste actuellement de ses vestiges préhistoriques datant du xive siècle que les parties nord et ouest des remparts et la mosquée. Selon Ibn Khaldoun, la mosquée de Mansourah aurait été construite vers 1303 par le sultan Abou-Yacoub, mort avant l'achèvement de son œuvre. 
Le palais El-Mechouar est un complexe royal des Zianides, situé en plein centre de la ville de Tlemcen. Ce site, construit au moyen-âge par les sultans zianides en 1248, dispose d’une salle de conférences où les ministres se réunissaient autour du sultan de Tlemcen pour tenir des réunions de consultations et de là est venu le mot «Mechouar» qui veut dire conseil. L’usage du terme «Mechouar» s’étend pour désigner en Andalousie et au Maghreb un palais-citadelle. Le complexe du Mechouar est un exemple d'art mauresque et andalou, et plus particulièrement du style zianide. 
En 2010, des fouilles engagées sur le site historique d'El-Mechouar ont permis, à l'occasion de l'évènement culturel «Tlemcen capitale de la culture islamique 2011», de reconstituer et reconstruire le palais royal à l'endroit même où se trouvaient les ruines en intégrant toutes les structures et décors découverts, alors que le mur d'enceinte a, quant à lui, été restauré. Certains supposent que les grottes de Beni-Add, situées dans la commune de Aïn-Fezza, datent d'environ de 6 500 ans. Cette grotte garde des températures très fraîches tout au long de l'année. Cet espace est profond de 57 mètres et révèle des trésors et des architectures admirables. 
Quant à Ghar-Boumaza, 40 kilomètres plus loin, près de Sebdou, c’est un système hydrologique souterrain qui constitue, selon des spécialistes, le plus grand réseau caverneux. Le plateau de Lalla-Setti domine la ville de Tlemcen à 1 000 mètres d’altitude, destination incontournable des visiteurs. Ce site offre une vue panoramique sublime sur toute la ville et est relié par téléphérique. 
Le plateau dispose de toutes les commodités, permettant une bonne détente au visiteur. On y trouve notamment le musée du Moudjahid, un parc d'attractions, l'hôtel 5 étoiles Renaissance, un lac artificiel alimenté naturellement et composé de deux bassins séparés par un gué est équipé de pédalos qui font la joie des enfants, mais aussi des chevaux et des chameaux pour des randonnées et bien d’autres sujets de distraction. Pas très loin du plateau, se trouve la forêt du Petit Perdreau pour le bonheur des randonneurs.
Concernant le parc zoologique, c’est un petit zoo agréable qui vaut le détour. Y sont hébergés le chacal, le renard, le porc épic, les chevaux, de gros serpents, des félins, des équidés, des camelins, des singes, et d’autres espèces animales.
Passer un séjour dans la capitale des Zianides est une opportunité.
B. Henine

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 04-05-2021

Le football, c’est la guerre sans le fusil

​Le football est le jeu qui mobilise le plus. À ce jour, aucun autre sport ne peut lui contester son hégémonie, qu’il s’agisse de spectacles ou de pratiques. Il est dans toutes les discussions de ses fans

2

Actualités 11:00 | 04-05-2021

Oxygène Médicinal
La ressource qui a failli échapper à l’Algérie

L’Algérie dispose de capacités de production d’oxygène médicinal suffisantes pour faire face à une nouvelle vague importante de Covid-19. Mais la vente, en 2007, de 66% du capital de l’ex-Entreprise nationale des gaz industriels a placé le groupe allemand Linde Gas dans une position de monopole qui aurait pu être fatale pour le pays.