Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Aux innocents, les tribunaux !

Publié par Malika Boussouf
le 18.09.2019 , 11h00
2628 lectures

Pendant que l’on traduisait les jeunes marcheurs et même ce monsieur de 77 ans devant le juge et que des citoyens, ulcérés par l’arbitraire, manifestaient leur rejet de la répression gratuite qui conduit injustement au tribunal puis à la prison, je repensais aux policiers qui les ont embarqués. Parmi eux, certains ne doivent pas bien dormir. J’ignore, à vrai dire, s’il y en a qui, le soir venu, rentrent chez eux ou rejoignent leurs dortoirs, la conscience apaisée. Dans le tas, il y en a qui se sentent, peut-être, mieux. J’ai commencé, hier, à parler de ceux qui, filmés par des témoins discrets, n’étaient pas, le moins du monde, agressifs. 
Ils remplissent, certes, leur mission en arrêtant des manifestants, mais là où cela devient quelque part réconfortant, c’est lorsque la vidéo postée offre d’eux une vision d’agents presque embarrassés de le faire. Gênés, sans doute, mais pas du tout rassurés d’être pris en flagrant délit de débat avec des concitoyens qui réclament, pour eux aussi, de vivre dans une république qui prendrait en compte leur besoin d’évoluer librement, de participer à la vie de la cité et de, surtout, peser sur la décision. 
Traditionnellement, on présente le flic comme quelqu’un que l’on paye pour réprimer, autrement dit pour exécuter les sales besognes. Je veux bien croire que ça n’est pas le cas tout le temps, et c’est bien la raison pour laquelle il faut compter comme proches des marcheurs ceux des policiers qui sont encore dans le «khawa-khawa» passé à la trappe depuis quelques semaines. Il faut dire que si certains agents sont gagnés au pacifisme exprimé par une rue qui abrite des revendications qui leur sont familières, d’autres s’interdisent de réfléchir aux avantages d’une deuxième république. Et ils ne sont pas les seuls. 
De ceux qui soutenaient Bouteflika et se rangent aujourd’hui du côté de la force au pouvoir, pas si nouvelle venue que cela, il n’y en a pas vraiment qui ont pris leurs distances ou pensent autrement. Au fil des séquences qui font table rase d’engagements politiques en faveur du progrès, on repère, sans grande difficulté, ceux qui disent haut et fort leur ambition de garder la main.  
M. B. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3
4

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

5

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak