Soit dit en passant / Soit dit en passant

Des luttes qui éclairent sur les intentions !

Les islamistes tentent de reconquérir le devant de la scène à défaut d’en prendre, immédiatement, le contrôle. La fin justifiant les moyens, mettre le paquet sur ce qui mine le pays, à tous points de vue, est souligné en rouge sang dans le programme. Et si inclure dans ce dernier ce qui s’en prend au corps et porte atteinte aux tabous, élevés en enceinte inviolable autour, participe à enflammer une rue qui enchaîne les rancœurs au fur et à mesure que grandissent les frustrations, alors, rien n’empêche plus d’intriguer contre le pays et ce qui compte, encore, quelque crédibilité au cœur de ses institutions. Que l’intrigue soit mise à jour et comptabilisée comme l’un des complots ourdis contre l’Algérie par des ennemis clairement identifiés ne pose pas problème aux sombres individus qui ne savent nager qu’en eau trouble. Maintenant qu’ils ont l’assurance d’avoir consolidé les liens tissés depuis longtemps déjà avec les partisans du «qui-tue-qui ?» dont on réalise qu’ils n’ont pas lâché l’affaire, le chemin qui les sépare de la prise du pouvoir leur apparaît comme certainement mieux balisé ! Leur offensive est fermement accréditée par quelques principes démocratiques, spécifiques à la faune qui les défend intra-muros. Ainsi, ceux qui ne reconnaissent aucun des graves préjudices commis  contre le pays et se délestent allègrement des accusations qui leur valent l’exil confortable dont ils jurent, volontiers, souffrir en ces temps bénis de révolte populaire braillent, outre-mer, avec la certitude que leurs relais en Algérie feront le reste. Exploiter la moindre brèche pour infiltrer les rangs et, le moment venu, foncer dans le tas est une de leurs nombreuses spécialités. Les chefs assassins, travestis accessoirement en opposants politiques, se mêlent à la danse pour mieux semer leur poison idéologique. 
Phagocyter la contestation, la redynamiser à son profit, revoir son contenu à la hausse tout en réorientant les objectifs. Dénoncer la démarche entreprise, depuis des décennies, par un islamisme qui se pense, désormais, mieux doté pour abattre la résistance à son envahissement du terrain ne relève d’aucune  paranoïa ! 
M. B.