Rubrique
Soit dit en passant

FLN, RND, et une possible mue ?

Publié par Malika Boussouf
le 14.01.2020 , 11h00
7651 lectures

Le moins que l’on puisse dire c’est que le Hirak aura aidé à bien des clarifications. Voilà comment un homme, qui, hier, ne doutait absolument pas de ses soutiens, s’est retrouvé mis à la marge, et du pouvoir et de son parti. 
Une organisation toujours décrite comme une furieuse machine de guerre et qui se sera, pourtant, montrée, à dessein ou pas, lamentablement inefficace. Le FLN n’aura pas su ou pu l’imposer, comme c’était le cas jusque-là pour chacun des candidats portés à la magistrature suprême par un système complice, rodé aux connexions serviles et rompu au clientélisme et aux calculs qui vont avec. Comment est-il possible de faire oublier ses échecs et convaincre des bienfaits du «on efface tout et on recommence» ? Ne pas douter de soi à ce point, il n’y a que chez nous que cela arrive. La morgue de quelqu’un qui ne doute de rien, convaincu que les alliances contractées vont faire le reste, c'est-à-dire le succès de l’entreprise individuelle qui consiste à gratter là où c’est censé rapporter le mieux. 
On ne parle jamais assez de ces parasites qui se jouent de la stabilité du pays et complotent contre lui, quitte à conclure des accords et à prêter main-forte pour un peu plus l’enterrer. Ce qui reste regrettable, c’est que l’on effleure tout juste leur mauvais génie avant de passer à autre chose. Un jour, il faudra bien revenir sur les raisons qui ont prévalu à la création du RND et qui font qu’aujourd’hui le FLN et lui sont en galère. Un ami lecteur m’a répliqué le contraire, il y a quelques semaines, tandis que j’en parlais et que je m’interrogeais sur ce qui le poussait à se faire hara-kiri. Il ne faudrait pas s’empresser de programmer une quelconque disparition du père du RND et de tous les autres. Lui qui ne désespère pas de revenir aux affaires et continuerait, sans doute aucun, à peser sur les orientations à imprimer au pays. 
Succéder à des hommes pris dans une tempête d’accusations et espérer faire mieux en matière de crédit, ce sont ces héritages-là qui lèvent le voile sur l’ivresse du pouvoir. Des successions qui renseignent sur les associations douteuses qui menacent de destruction massive l’équilibre social.
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois

2

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles