Rubrique
Soit dit en passant

Pour eux, ils devront rester en prison !

Publié par Malika Boussouf
le 30.11.2019 , 11h00
2589 lectures

Tenter d’expliquer pourquoi on est ulcéré par le comportement d’une organisation censée défendre l’honneur des siens sans pour autant comprendre que l’on se montre indifférent à la condition faite à un ancien officier de l’ALN. Vieux et malade. C’est triste comme le silence peut se faire assourdissant quand on contourne les faits ! J’ai pensé faire œuvre utile en m’interrogeant sur un lien possible entre le FLN, l’ONM et un Lakhdar Bouregraâ, injustement incarcéré et abandonné par une famille dite révolutionnaire. Celle censée voler à son secours sans que personne ait à lui rappeler son devoir ! Fort heureusement, les marcheuses et marcheurs du vendredi comme celles et ceux du mardi n’oublient jamais de brandir son portrait et d’appeler à sa libération. Peu importe que l’on refuse, en haut lieu, d’entendre les appels de dizaines de milliers d’Algériens, l’important étant que le célèbre détenu entende la reconnaissance que toute la nation lui voue.
 Un pays qui sait reconnaître l’engagement désintéressé d’un homme. Un aîné rompu au combat, durant la guerre de libération et cette lutte acharnée pour offrir leur indépendance aux Algériens et faire triompher la justice et les libertés. 
Voilà qu’aujourd’hui, on ose affirmer que tout se passe bien alors que des gens sont jetés en prison parce qu’ils expriment leur opposition aux élections. Pourquoi aucun candidat ne s’élève contre de telles pratiques ni n’appelle à la libération des détenus d’opinion ?    A en croire les discours et les promesses de chaque prétendant au trône, tout devrait rentrer dans l’ordre aussitôt le scrutin plié. Avant, les perturbateurs devront rester en prison. Quelques-uns en moins dans la rue, ça ne peut pas faire de mal. 
Les 5 candidats partagent le même avis et il n’y en aura pas un qui pensera à se distinguer des autres. Comment douter qu’ils se soient tous  abreuvés à la même source ? Quand un Abdelaziz Belaïd affirme que le décollage de l’Algérie est conditionné par le scrutin du 12 décembre, vous comprenez pourquoi il ne s’intéresse pas aux détenus. Lui le candidat que rien de particulier dans son profil ne prédisposait à soumissionner.  
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 19-01-2020

Tebboune revoit le protocole officiel

Le Président Abdelmadjid Tebboune revoit le protocole en termes d’accueil des invités étrangers. C’est, en effet, au niveau du Palais d’El-Mouradia, siège de la présidence de la République, que Tebboune accueille de manière

2

Actualités 11:00 | 18-01-2020

Communication et rapports avec la presse
Tebboune instaure de nouvelles traditions

Abdelmadjid Tebboune ambitionne de laisser son empreinte dans un domaine où ses prédécesseurs ont peu brillé : celui de la communication. Il rencontrera ce mardi 21 janvier une délégation de responsables de médias privés et publics, prélude