Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Quantités rikiki pour pallier le déficit !

Publié par Malika Boussouf
le 30.03.2021 , 11h00
2472 lectures

Pourquoi ne pas opter pour les promesses que l’on a des chances de faire aboutir ? On ne cessera jamais d’énumérer les opérations de grande envergure au programme de départements prêts à redresser la barre et à réorienter le bateau Algérie vers des eaux plus clémentes. Il y a ceux qui créent la pénurie, ceux qui la gèrent et ceux qui nous parlent, avec assurance, d’exporter des œufs, de la pomme de terre ou du lentisque pour détourner le regard de pratiques dont le pays pourrait se passer mais qui continuent, pourtant, d’influencer la consommation. On persiste à inonder le marché de produits, que l’on ne se résout pas à interdire à l’importation, tout en tentant de donner le change en parlant d’exportations. Quitte à ce que ces dernières soient insignifiantes ! Comment ne pas avoir l’air de se moquer en énumérant les quantités rikiki censées combler le déficit induit par le marché pétrolier ? Des offres dont on loue l’abondance et qui combleraient les pertes induites par des hydrocarbures qui ne s’écoulent pas au prix que l’on souhaiterait ? Du coup, on voudrait les croire que l’on ne pourrait pas, tellement les préoccupations aussi variées que quotidiennes, dont on fait part à l’opinion publique, apparaissent comme émergeant de nulle part. Qui sont, osons le dire, peu dictées par la raison. 
Ils sont, à vrai dire, bien entreprenants pour des responsables qui pataugent dans la semoule en même temps qu’ils font semblant d’innover. Ce qui finit par faire basculer la critique dans le sens contraire de celui ciblé, c’est l’évidence selon laquelle les nouveaux venus n’ont absolument pas l’intention de bousculer le rythme emprunté depuis de longues années par leur département. 
Les vieilles habitudes, même détestables, sont tenaces et ceux qui en héritent font mine de s’en plaindre mais n’y touchent pas. Elles servent trop d’intérêts et on ne leur connaît pas de limites. Et puisqu’elles n’ont pas encore poussé à bout une rue que l’on garde à l’œil et dont on pense gérer adroitement la colère, autant s’arranger avec l’équilibre ambiant, fût-il provisoire, et insister sur l’efficacité de pratiques dont le citoyen se méfie des effets.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-05-2021

Mesures prévues par l’avant-projet de LFC
Ce qui va changer au quotidien

L’avant-projet de loi de finances complémentaire 2021, en plus des ajustements budgétaires qu’il est censé apporter, introduit plusieurs mesures, notamment de facilitation en faveur de l’investissement et

2

Soit dit en passant 11:00 | 12-05-2021

En quoi l’ennemi n’est absolument pas commun !

Rester vigilant et ne rien négliger de ce qui se prépare à notre insu. Comprendre à quoi

3

Pousse avec eux 11:00 | 12-05-2021

Khawa-khawa, benti-oulidi !

4

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 12-05-2021

Khaoua-khaoua... à nos frontières !

5

Pousse avec eux 11:00 | 10-05-2021

Le bal des vampires à poils et à vapeur !