Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Réprimer ce que l’on envie chez l’autre

Publié par Malika Boussouf
le 29.11.2021 , 11h00
3182 lectures
Il y en a qui vous tolèrent jusqu’à ce que vous enfreigniez les limites que leur vulnérabilité religieuse leur impose. Je me doutais bien que commettre trois chroniques sur le comportement islamo-conservateur d’une catégorie d’Algériens qui ne supporte pas que l’on remette en cause son idéologie ferait imparablement réagir. Violemment même ! Mais peu importe. Le droit de défendre ses points de vue est indiscutable. Celui de dire les choses comme on les pense et la liberté de s’opposer à la bigoterie ambiante qui tente d’imposer ses rites, aussi. Une tendance autoritaire nocive au particularisme de celles et ceux qui s’en démarquent individuellement ou collectivement. L’asservissement que prônent les fossoyeurs de la liberté, sans admettre que l’on puisse en débattre, est un dangereux associé. Un allié qui n’a pas son équivalent, lorsqu’il devient urgent de rappeler aux récalcitrants ce qu’ils risquent à trop s’écarter des lignes qui dictent l’interdit. Je le dis, parce que la belle et jeune actrice Shirine Boutella, pour ne pas la nommer, dont j’ai défendu, précédemment, la liberté de mener sa vie privée et professionnelle comme elle l’entend, a déjà une réputation enviable à plus d’un titre. Elle n’a, franchement, pas besoin de nous pour lui refaire une réputation ou pour protéger et défendre l’épanouissement auquel elle travaille, impunément ailleurs. Loin de toutes ces âmes crasses improvisées en porte-parole d’une pensée contestable. Les gardiens zélés d’une sinistre philosophie, pareils aux prêcheurs qui m’écrivent ou à ceux qui s’emparent des réseaux sociaux, pour se soulager d’une colère à faire frémir ceux qui ne sont pas prévenus contre leurs ripostes.
Des snippers maladroits, sauf lorsqu’ils ont pour consigne d’égorger, qui peinent tant à marcher droit, mais s’autorisent à veiller à ce que rien ne vienne contrebalancer la doctrine à laquelle ils associent le «progrès» dont ils se réclament. Je n’avais pas l’intention de partager le message. Pas question d’offrir une tribune à des imams formés sur le tas. Des «religieux» dont la chasteté mentale puise son tonus dans le refoulement d’un besoin coupable.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 24-01-2022

Pour un partenariat université-entreprise argentin

Le partenariat université-entreprise est inscrit en caractères gras dans les missions de l’université depuis au moins l’avènement et la mise en œuvre du LMD (licence-master-doctorat). Le partenariat dont

2

Sports 11:00 | 25-01-2022

Ils se sont rencontrés dimanche à Paris
Amara-Belmadi, l’explication !

On en sait davantage sur les raisons qui ont poussé Djamel Belmadi à rallier directement Paris, vendredi soir, quelques minutes après avoir croisé le ministre de la Jeunesse et des Sports au