Rubrique
Soit dit en passant

Scandales à répétition !

Publié par Malika Boussouf
le 16.01.2020 , 11h00
3226 lectures

À chaque fois que quelqu’un manifeste un besoin de changement, on explique le geste par un penchant pour la traîtrise et lorsque, quelque part, une chose va de travers, on dit que c’est de la faute aux autres. On tourne toujours le dos aux vérités quand on les estime brutales. Jusqu’au moment de leur divulgation et que l’on ne peut plus faire autrement, parce que dos au mur. Tout cela pour dire qu’il n’est pas étonnant qu’aussitôt installé à la tête d’un département ou d’une entreprise, le bénéficiaire ne pense plus qu’à une chose. S’en mettre plein les fouilles. Pourquoi attendre autant de temps avant de convoquer un ministre ou un tout autre haut fonctionnaire ? Un dossier de corruption ne se monte pas du jour au lendemain, ce qui suppose qu’en haut lieu on sait, depuis un moment, de quoi il en retourne. Pourquoi quand l’incompétence est connue de tous, par le personnel et par les usagers, personne ne se risque à la dénoncer ? Intra muros, on préférera enfoncer l’étranger que parler de corruption ou d’incapacité. 
En attendant, les représailles aident à garder la main et garantissent le silence. Quand on ne sait pas, parce que l’on n’a ni talent ni la moindre aptitude pour faire la démonstration de son intelligence, on s’arme d’autorité. Mais ce comportement ne brouille jamais les cartes, là où les fuites en tous genres renseignent sur chacun. Là où il devient évident que l’on ne court pas après les profils qui sauraient empêcher le pays de couler et auxquels on préfère ceux, plutôt, capables de casser sa progression. 
La corruption, ce mal qui a mis à genoux le pays et gangréné des pans entiers de la  société, a atteint tous les paliers de l’administration. Où va-t-on chercher ces graines de voyous au masculin et au féminin ? Parce que là, aussi, quand ces dernières se laissent tenter, elles en font autant que leurs homologues masculins. Voilà pourquoi il sera difficile de gagner à soi une rue, désormais à jour, qui refuse, en bloc, les faiseurs de rois et reines et leur influence plus nuisible qu’exemplaire. 
Un monde en marche ne se range pas derrière quiconque lui promet de transformer une machine qui broie en faiseuse de miracles. 
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois

2

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles