Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Tant de dérives nous sont familières !

Publié par Malika Boussouf
le 03.04.2021 , 11h00
3004 lectures

Le citoyen se méfie. Il n’aime pas ce système qui le rabroue, n’entend rien à ses attentes, pourtant légitimes, et reste sourd à ses espoirs. La légèreté avec laquelle l’administration gère les affaires, creuse le fossé et ne permet plus le moindre doute quant à l’urgence de corriger les imperfections. Et ils sont nombreux les travers qui s’accumulent dans la conduite des affaires de la cité. Une gestion encadrée par une administration peu encline à s’interroger sur ce qui ne va pas ou à reconnaître les erreurs qu’elle collectionne impunément. 
On ne pouvait pas mieux stimuler la contestation et enrichir son contenu qu’en révélant au grand jour les chiffres scandaleux qui ont fait la fortune d’arrivistes privilégiés dont le pays n’aurait, sinon, jamais imaginé la capacité de nuisance. Ce que l’on se gardait bien de dénoncer, à une époque pas si lointaine, à propos des dérives du système et de ses relais, aura fini par dégager la chape de plomb qui protégeait ses écarts. Plus personne ne prend de gants pour évoquer les prédateurs qui ont privé les Algériens de leurs droits et vidé de son sens la notion même de biens publics ! Franchement écœurante, la débauche étendue à plus soif ! Ce qui surprend, c’est que les sanctions ne dissipent pas la tentation. Chaque prédateur pensera que le sort l’épargnera et que le tout est de ne pas se faire prendre. Polluer la détermination d’une population, ce serait comme conclure un pacte avec le diable en s’acharnant sur une volonté de changement et en tentant de peser négativement sur les rêves qui s’expriment, dehors, ici et là, depuis plus d’une année déjà, pour donner toutes leurs chances aux offres de services, dont nous parlerons à chaque fois qu’elles nous sembleront indécentes et dérangeront le cours des choses. Quel chemin emprunter pour enterrer la hache de guerre, si tant est que l’on veuille l’enterrer ? La sévérité avec laquelle est réprimée la rue dans son ensemble laisse présager du pire. La force ne fait absolument plus recette ! Tôt ou tard, il faudra déconstruire tout ce qui tire sa légitimité d’une gestion autoritaire. Celle qui enseigne que l’on cède à la matraque.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-05-2021

Mesures prévues par l’avant-projet de LFC
Ce qui va changer au quotidien

L’avant-projet de loi de finances complémentaire 2021, en plus des ajustements budgétaires qu’il est censé apporter, introduit plusieurs mesures, notamment de facilitation en faveur de l’investissement et

2

Soit dit en passant 11:00 | 12-05-2021

En quoi l’ennemi n’est absolument pas commun !

Rester vigilant et ne rien négliger de ce qui se prépare à notre insu. Comprendre à quoi

3

Pousse avec eux 11:00 | 12-05-2021

Khawa-khawa, benti-oulidi !

4

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 12-05-2021

Khaoua-khaoua... à nos frontières !

5

Pousse avec eux 11:00 | 10-05-2021

Le bal des vampires à poils et à vapeur !