Voir Tous
Rubrique
Sports

Affaire de l’enregistrement sonore Halfaïa «balance» ses détracteurs !

Publié par Mohamed Bouchama
le 23.05.2020 , 06h00
3134 lectures

En fin de compte, la première semaine qui a suivi la diffusion de l’enregistrement sonore sur les réseaux sociaux qui impliquerait un dirigeant (Fahd Halfaïa) et un manager (Nassim Saâdaoui) n’aura été que pure formalité.
Aussi bien la CD/LFP que les structures de la FAF ont abordé les aspects de informe (interrogation d’un premier mis en cause) en attendant de s’attaquer au fond (investigation et condamnation). Seul le MJS, qui a déposé une plainte contre X, a préféré se livrer au droit qui veut qu’une affaire de corruption (ou tentative de corruption) et d’arrangement de matchs soit portée devant les tribunaux civils.
Désormais, l’on sait mieux quel sera l’objectif réel des auditions de la CD/LFP. Un organe qui devait être sollicité en dernier ressort pour rendre son verdict sur des rapports écrits par des officiels. Ce qui n’est pas le cas de l’enregistrement sonore présenté par le président de la ligue, l’ordonnateur des auditions prévues par la commission de Kamel Mesbah. D’ailleurs, lors de l’audition de Fahd Halfaïa, jeudi, les membres de la commission de discipline n’ont fait qu’écouter la version du président de la SSPA Black Eagles de l’ES Sétif. Ce dernier a expliqué durant son audition, qui a duré moins d’une heure, que le document en question est un montage et que l’auteur de cette «fuite» voulait exercer du chantage sans en préciser à propos de quoi. M. Halfaïa, qui a manqué la première audition, lundi passé, pour, à en croire son avocat, Nabil Benia, «cause de maladie», fera savoir qu’il a déposé une plainte contre le manager Nassim Saâdaoui au niveau de la chambre économique d’un commissariat à Alger assurant que d’autres plaintes suivront et concerneront d’autres personnes impliquées. C’est la principale information digne d’être prise en compte lors de cette journée (jeudi) qui verra la CD/LFP émettre un avis de convocation à l’ordre de l’intermédiaire FAF, Nassim Saâdaoui.
«Après la première audition de Halfaïa Fahd, directeur général de l’ESS, le jeudi 21 mai 2020, la commission de discipline a décidé de laisser le dossier disciplinaire ouvert pour complément d'information. Le manager de joueur Saâdaoui Nassim (intermédiaire de la FAF) est convoqué pour se présenter devant la commission de discipline jeudi 28 mai 2020 à 11h, au siège de la LFP», lit-on dans le communiqué publié sur le site de la ligue.

Saâdaoui, la «matrice» qui mène partout ?
Halfaïa, qui nie son implication dans cette affaire de matchs arrangés révélée dans le fameux enregistrement «truqué», les regards se tournent désormais vers l’intermédiaire FAF, Nassim Saâdaoui, dont le nom a été formellement cité par le dirigeant de l’ESS.
Un personnage dont le témoignage pourrait donner lieu à des suites «à couper le souffle» tellement les ramifications d’éventuelles révélations s’annoncent tentaculaires de cet ancien défenseur (son dernier club était l’ASM Oran) devenu manager «freelance» (avant d’obtenir sa licence en décembre dernier) de nombre de footballeurs dont ceux du Paradou AC à l’exemple d’El-Mouedene (MCA), Mansouri (MCO), Chahrour (CSC), Meziani (ES Tunis) et Benkhelifa (USMA). Un manager dont la réputation est notamment puisée du fait qu’il tient un restaurant du côté de Dély Brahim fréquenté et par les joueurs et par les dirigeants de clubs et des personnalités du new business. Un manager que des présidents et des dirigeants de clubs ont tenu à dénoncer à l’instar de l’ex-président de l’USM Annaba Abdelbasset Zaïm, outré par ses agissements novembre 2018 a dénoncé Saâdaoui qui le harcelait au sujet de la dualité Chérif Mellal (président de la JSK)-Abdelkrim Medaouar (président de la LFP) qui s’est manifestée lors de l’affaire du match USMA-JSK boycotté par les Kabyles. Dans une déclaration à la presse, l’ancien patron de l’USMAn affirmait notamment : «Je ne veux plus jamais avoir à faire ni à Zetchi ni à Medaouar et cela pour le restant de ma vie. Un certain Nassim Sadaoui — je ne sais pas ce qu’il est exactement — n’arrête pas de m’appeler pour connaître mon son de cloche. Je ne lui répondrai pas, il est qui celui-là pour me harceler de la sorte ? Le boss de la JSK refuse de jouer, et Medaouar se plie à sa volonté ; ça veut dire que ce n’est pas un homme et qu’il n’a aucune personnalité.» Saâdaoui, qui sera également convoqué pour le 7 juin par la FAF pour s’expliquer devant la nouvelle commission d’intégrité dont le premier responsable, un ex-cadre de la DGSN, sera installé cette semaine, devrait probablement, lui aussi, nier son implication dans cet enregistrement sinon à déclarer, comme Halfaïa, que le document sonore est truqué. Ce que l’enquête de la commission d’intégrité qui dispose d’un outil ultrasophistiqué fourni par un des partenaires de la commission «sécurité et intégrité» de la Fifa, en l’occurrence Sportradar, leader mondial dans la détection et la prévention de manipulation de match, déterminera.
Sportradar s’appuie notamment sur son réputé système de détection des fraudes pour identifier et analyser tout comportement ou tendance de pari suspect lors de diverses compétitions nationales et internationales.
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 28-05-2020

Polémique sur le traitement à la chloroquine
La réponse par les chiffres de l’Algérie

Face à la polémique qui enfle au sujet de l’usage de la chloroquine dans le traitement des patients atteints de Covid-19, l’Algérie ne

2

Actualités 06:00 | 27-05-2020

Gestion des jeux africains d’Alger et du COA
Berraf au cœur d’une nouvelle tourmente

Son nom a été souvent associé à des polémiques qui ont fait grand bruit dans le monde sportif, mais on le dit cette fois inscrit dans un autre chapitre lié aux enquêtes qui ciblent de très nombreux anciens responsables. Mustapha Berraf, ex-président du Comité olympique algérien, COA, serait au