Voir Tous
Rubrique
Sports

ES Sétif Les Black Eagles à pied d'œuvre à Johannesburg

Publié par Ahmed Ammour
le 20.04.2021 , 11h00
90 lectures

Après un long périple de plus de 12 heures de vol au départ de Sétif, à bord d'un avion spécial de la compagnie aérienne nationale, après une courte escale à Douala au Cameroun pour se ravitailler en kérosène, les Sétifiens sont arrivés lundi tôt le matin à Johannesburg, Afrique du Sud, en prévision du match de la 5e journée de la phase de groupes de la Coupe de la CAF, face à Orlando Pirates, mercredi à 14h. Une fois les formalités d'entrée en Afrique du Sud accomplies avec les tests anti-Covid-19 de rigueur, les camarades de Khedaïria ont rejoint le Protea Hotel by Marriott Johannesburg Balalaïka dans la ville de Sandton, distante d'une trentaine de kilomètres d'Orlando Stadium qui abrite la rencontre. Occupant la 4e et dernière place du groupe A, avec quatre points, soit une victoire, un nul et deux défaites, l'ESS garde encore ses chances de qualification à condition de bien négocier ses deux prochains rendez-vous face au leader sud-africain (8 points), son adversaire mercredi, et le Ahly de Benghazi (4 points) à Sétif. Une mission délicate pour les Black Eagles dans leur quête de qualification. «Face à Orlando Pirates, c’est une finale. Nous devons gagner si on veut rester dans la course», a déclaré Ibrahim Bekakchi, l'homme du match face à la JSK. Tout reste à faire pour les Sétifiens !
A. A. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 04-05-2021

Le football, c’est la guerre sans le fusil

​Le football est le jeu qui mobilise le plus. À ce jour, aucun autre sport ne peut lui contester son hégémonie, qu’il s’agisse de spectacles ou de pratiques. Il est dans toutes les discussions de ses fans

2

Actualités 11:00 | 04-05-2021

Oxygène Médicinal
La ressource qui a failli échapper à l’Algérie

L’Algérie dispose de capacités de production d’oxygène médicinal suffisantes pour faire face à une nouvelle vague importante de Covid-19. Mais la vente, en 2007, de 66% du capital de l’ex-Entreprise nationale des gaz industriels a placé le groupe allemand Linde Gas dans une position de monopole qui aurait pu être fatale pour le pays.