Voir Tous
Rubrique
Sports

Le 0-0 face à la Sierra Leone ne remet pas en cause le statut des Verts Quelques leçons à retenir

Publié par Salah Belkallouche
le 13.01.2022 , 11h00
727 lectures

Donnés archi-favoris pour battre l’équipe de la Sierra Leone 108e au classement Fifa, les protégés de Belmadi n'ont réussi qu'un petit match nul (0-0), malgré une seconde mi-temps dominée des mains et des pieds par les coéquipiers de Mahrez. Cette contre-performance au début d'une compétition de grande envergure qu’est la CAN impose une halte de réflexion afin de tirer les leçons à retenir avant d’engager les échéances à venir.

Favori sur le papier
D'abord qu'étant favori d'une compétition ne signifie rien tant que la réalité du terrain ne fait pas la différence, pour preuve l'Algérie 28e au classement mondial et de surcroît championne d'Afrique n'a pas pu battre une équipe classée 108 à l'échelle mondiale. Pire, les hommes de John Keister ont failli ouvrir la marque à plusieurs reprises en première mi-temps.

Excès de zèle
Les champions d'Afrique ont fait montre d'un excès de zèle du fait que tout le monde les donnait favoris pour la reconquête du titre de champion d’Afrique avant même l’entame du tournoi du Cameroun. La victoire en match amical contre le Ghana sur le score du titre de champion d'Afrique avant même le résultat de 3-0 a donné des ailes aux coéquipiers de M’Bolhi qui croyaient dur comme fer que la compétition serait facile. Or, toutes les équipes dites «faibles» ont fait cravacher dur les grandes équipes durant ce tournoi et le Sénégal, à titre d’exemple, n'a battu le Zimbabwe qu'à la faveur d'un penalty obtenu lors du temps additionnels du match. Le Cameroun, pour sa part, a souffert pour battre le Burkina Faso. Ceci pour affirmer comme l'a si bien dit Djamel Belmadi «qu'il n’y a pas de petites équipes en Afrique».

Mauvais casting pour la préparation
L'adaptation au climat du pays hôte de la compétition, les Mahrez, Belkebla, Atal et Feghouli (qui revenait d'une blessure) éprouvaient toutes les peines du monde pour se tenir debout en première mi-temps, et de respirer comme il se doit tant la chaleur était asphyxiante avec un taux d'humidité assez élevé, et surtout que les joueurs algériens n'ont regagné le Cameroun que deux jours avant leur première rencontre, ce qui nous paraît un peu illogique de ne pas s'acclimater avec le climat du Cameroun.

Un avertissement sans frais
Enfin et comme conclusion, ce semi-échec est un avertissement pour les futures échéances notamment les matchs barrages de la Coupe du monde au mois de mars 2022 et éventuellement la prochaine Coupe du monde au Qatar où les niveaux seront autres que celui de la Sierra Leone et d'autres équipes africaines. Les grands rendez-vous, il leur faut une bonne préparation sur tous les plans en vue de démarrer un tournoi sur une bonne entame car chaque point vaudra son pesant d’or.
S. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 24-01-2022

Pour un partenariat université-entreprise argentin

Le partenariat université-entreprise est inscrit en caractères gras dans les missions de l’université depuis au moins l’avènement et la mise en œuvre du LMD (licence-master-doctorat). Le partenariat dont

2

Sports 11:00 | 25-01-2022

Ils se sont rencontrés dimanche à Paris
Amara-Belmadi, l’explication !

On en sait davantage sur les raisons qui ont poussé Djamel Belmadi à rallier directement Paris, vendredi soir, quelques minutes après avoir croisé le ministre de la Jeunesse et des Sports au